Lancement vers la Lune réussi pour Artemis 1 !

Crédit : Nasa / Bill Ingalls
Artemis 1 est en route vers la Lune ! Après un décollage retardé de 43 minutes en raison d'ennuis mineurs, la gigantesque fusée SLS a emporté le vaisseau Orion vers l'orbite terrestre. Une heure et demi plus tard, Artemis 1 poursuivait son voyage en direction de la Lune.

Comme un Soleil orangé dans la nuit. Suivi d’un grondement de tremblement de Terre qui secoue les poitrines. Telle est l’image qui restera pour le premier envol d’une mission du programme Artemis vers la Lune. Ce 16 novembre 2022, à 1 h 47 heure locale, soit 7 h 47 en France, la gigantesque fusée Space Launch System d’Artemis 1 est entrée dans l’histoire. Cinquante-cinq ans après le premier décollage de la fusée lunaire Saturne 5 lors de la mission Apollo 4, le 9 novembre 1967, elle s’est enfin arrachée à l’attraction terrestre pour s’élever dans le ciel de Floride.

Le Ciel & espace n°586 et le Hors-série Exploration spatiale

Deux magazines disponibles sur notre boutique web et en kiosque (où nous trouver ?)

Magazine Ciel & espace 586 et hors-série Exploration spatiale. © C&E

Sous l’impulsion de ses deux propulseurs à poudre et de ses quatre moteurs RS-25 à hydrogène et oxygène liquides, elle a rapidement quitté son aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy pour atteindre les hautes couches de l’atmosphère. Après un peu plus de deux minutes de vol, à plus de 12 km d’altitude, ses deux boosters à poudre ayant rempli leur office, ils ont été largués. Une phase qui a pu être vue à l’œil nu par le public nombreux en Floride pour assister au décollage. Huit minutes plus tard, l’étage principal coupait à son tour ses moteurs et se séparait pour entamer sa descente vers l’océan Atlantique. Artemis 1 était en orbite autour de la Terre.

Le décollage d'Artemis 1 depuis la pelouse du centre de presse, au Kennedy Sapce Center, le 16 novembre 2022. © P. Henarejos.
Le décollage d'Artemis 1 depuis la pelouse du centre de presse, au Kennedy Sapce Center. © P. Henarejos.

Dix-huit minutes après le lancement, la Nasa recevait la confirmation que les panneaux solaires du module de service européen (ESM) étaient bien encours de déploiement. Une opération d’une durée de 12 minutes menée sans anicroche.

Départ vers la Lune confirmé

Une heure et 29 minutes après le décollage, l'étage supérieur, ICPS (pour Interim cryogenic propulsion stage), allumé son unique moteur RL-10 pour permettre au vaisseau Orion de s'arracher à l'orbite terrestre pour s'élancer vers la Lune. Après une combustion de 18 minutes, il s'est séparé du vaisseau qui n'est maintenant propulsé que par l'ESM et qui doit arriver au voisinage de la Lune dans trois jours.

L'arrière de l'ESM photographié par une caméra située au bout de l'un de ses quatre panneaux solaires
L'arrière de l'ESM photographié par une caméra située au bout de l'un de ses quatre panneaux solaires Une confirmation que l'ICPS s'est bien séparé après l'injection sur la trajectoire lunaire. © Nasa TV.

Un lancement à suspense

Après deux tentatives de lancement avortées en août et septembre 2022, le compte à rebours avait cette fois commencé de façon "tranquille" selon le mot de Derrol Nail, le commentateur officiel de la Nasa. En effet, dès le début du remplissage des réservoirs d'hydrogène et d'oxygène de l'étage principal, aucun problème n'est venu entâcher la chronologie. Pas la moindre fuite d'hydrogène ou de problème de refroidissement des moteurs. Pourtant, vers 21 h 20, alors que les réservoirs de l'étage principal étaient remplis, une fuite d'hydrogène a été détectée au niveau de la table de lancement, sur la ligne d'alimentation utilisée pour refaire le plein continuellement en raison de l'évaporation.

Revivez ce décollage de la mission Artemis 1 sur YouTube et Twitch

Et grâce à Artemis, profitez de 2 codes promo suivants :
ARTEMIS25 pour une réduction de 25% sur l'abonnement premium
ARTEMIS20 pour une réduction de 20% sur l'abonnement papier ou numérique

Les responsables de la mission ont alors pris le temps d'analyser la situation avant d'envoyer sur place une équipe (deux techniciens et un responsable de la sécurité). Leur mission : resserrer l'écrou d'une vanne. L'opération, suivie en direct par les caméras de Nasa TV, a duré 40 minutes à l'issue desquelles le flux d'hydrogène a été rétabli sans que la fuite ne se manifeste à nouveau.

L'équipe de réparation (Red crew), arrivée en voiture, gagne l'aire de lancement d'Artemis 1 afin de resserrer une vanne d'alimentation en hydrogène.
L'équipe de réparation (Red crew), arrivée en voiture, gagne l'aire de lancement d'Artemis 1 afin de resserrer une vanne d'alimentation en hydrogène. © Nasa TV

Au même moment, alors que tout semblait se dérouler au mieux, le contact a été perdu avec un radar de suivi. En cause, un problème de câble éthernet. Durée de la réparation : 50 minutes. Le temps de remplir l'étage supérieur de son carburant, et la séquence finale précédant le décollage, d'une durée de 10 minutes, a pu commencer à 1 h 37. Suivie d'un lancement réussi.

À découvrir également sur notre site

Au sujet du programme Artemis :

 

Au sujet du programme Apollo :

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.