Le module lunaire d’Apollo 10 est toujours dans l’espace, un astronome est sur sa piste

Crédit : Nasa
Nick Howes, astronome anglais, a peut-être retrouvé le dernier module lunaire ayant échappé à la destruction au cours du programme Apollo. L’engin, de 4 m de diamètre, gravite comme un astéroïde autour du Soleil. Mais il faudra encore attendre quelques années, quand il se rapprochera de la Terre, avant de confirmer si l’objet repéré est bien le module Snoopy qui a servi lors de la mission Apollo 10.
C’est sans doute l’une des plus intéressantes épaves de l’espace : depuis le mois de mai 1969, le module lunaire d’Apollo 10 erre quelque part en orbite autour du Soleil. Contrairement à tous les autres LM (pour Lunar Module), Snoopy — c’est le nom que lui avait donné l’équipage — n’a pas été détruit. Alors que Spider, le premier LM piloté lors de la mission Apollo 9, s’est désintégré dans l’atmosphère terrestre, et que tous les autres ont fini désintégrés par des impacts volontaires sur la Lune, celui-ci a simplement été envoyé en orbite solaire. Du moins, son étage supérieur, à bord duquel les astronautes Tom Stafford et Gene Cernan, après s’être approchés à 14 km de la surface lunaire, ont rejoint John Young, qui pilotait de module de commande...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.