Sur la Lune, les pierres qui roulent révèlent l’absence de piège pour les futurs explorateurs

Le sillon laissé par ce rocher dans le cratère Cartan nous renseigne sur la consistance du sol lunaire. © Nasa
Les astronautes et les robots qui iront explorer la Lune dans quelques années ne risquent-ils pas de s’enliser sur des terrains inconnus et sablonneux ? C’est ce qu’a tenté de savoir un jeune chercheur allemand, en observant les rochers qui ont dévalé les pentes de notre satellite naturel.
Le 10 mai 2009, Spirit, l’un des robots qui explorent la surface de Mars, s’ensable. Ses pilotes ne parviendront jamais à le dégager, ce qui précipitera la fin de sa mission. Par chance, aucun des douze astronautes des missions Apollo qui ont marché sur la Lune entre 1969 et 1972 ne s’est retrouvé dans une situation similaire. Pourtant, en dépit de quelques sondes automatiques Surveyor et Luna, la surface lunaire était encore mal connue et cela aurait pu arriver. V. Bickel C’est pour éviter ce genre de mauvaises surprises aux futurs explorateurs (robots ou humains) de la Lune que Valentin Bickel, doctorant en planétologie à l’International Max Planck Research School, a décidé de tester la résistance du sol lunaire à l’aide des photographies à haute résolution
Le 10 mai 2009, Spirit, l’un des robots qui explorent la surface de Mars, s’ensable. Ses pilotes ne parviendront jamais à le dégager, ce qui précipitera la fin de sa mission. Par chance, aucun des douze astronautes des missions Apollo qui ont marché sur la Lune entre 1969 et 1972 ne s’est retrouvé dans une situation similaire. Pourtant, en dépit de quelques sondes automatiques Surveyor et Luna, la surface lunaire était encore mal connue et cela aurait pu arriver.

V. Bickel C’est pour éviter ce genre de mauvaises surprises aux futurs explorateurs (robots ou humains) de la Lune que Valentin Bickel, doctorant en planétologie à l’International Max Planck Research School, a décidé de tester la résistance du sol lunaire à l’aide des photographies à haute résolution...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.