Le lancement d'Artemis 1 est reporté pour la seconde fois

Crédit : J. Kowsky/Nasa
La mission Artemis 1 n'aura finalement pas décollé ce 3 septembre en direction de la Lune. Malgré une météo favorable, la Nasa a fait face à un problème de fuite d'hydrogène sur l'alimentation du réservoir principale de son lanceur géant SLS.

Il était 11 h 18 en Floride quand le speaker officiel de la Nasa, Derrol Nail, a annoncé ce qui semblait inévitable depuis de longues minutes : l'annulation du lancement d'Artemis 1. Depuis le début de la procédure de remplissage du réservoir d'hydrogène de l'étage principal de la fusée, plus de six heures avant l'heure prévue du lancement, une fuite a ralenti les opérations. Elle les a même arrêtées, le temps d'évaluer la situation. Même si le flux d'hydrogène a été maintenu à faible vitesse et que le réservoir a été rempli jusqu'à 11%, les ingénieurs de la mission n'ont jamais pu passer en flux rapide, nécessaire pour obtenir le plein à temps pour le lancement.

La fuite d'hydrogène s'est déclarée au niveau d'un joint de déconnexion rapide, qui sert d'interface entre le tuyau d'alimentation et la fusée. La Nasa a d'abord essayé de réchauffer puis de repressuriser avec de l'hélium pour que cela resserre le joint. Mais cela n'a pas marché. Il était à ce stade impossible d'intervenir directement sur le lanceur pour y effectuer une réparation mécanique. N'ayant pas d'autre solution pour mettre un terme au problème, Charlie Blackwell-Thompson a dû finalement décider l'annulation du lancement.

L'hydrogène liquide, refroidi à -253°C, est très difficile d'utilisation. Les fuites sont en réalité très infimes mais l'hydrogène, très volatil, s'y engouffre facilement. Ce genre de problème a été fréquent sur les navettes spatiales qui utilisaient exactement la même technologie. Et cela a été la cause de nombreux reports de lancement.

La prochaine opportunité de lancement d'Artemis 1 s'ouvre en théorie lundi 5 septembre, en fin d'après-midi (en soirée en France). Elle durerait 1 h 30 (au lieu de 2 h pour les deux précédentes). Mais la Nasa sera-t-elle prête à temps ? Si ce n'est pas le cas, il reste une opportunité de 30 minutes mardi... Mais il se murmure de plus en plus que la SLS va devoir revenir au VAB (Vehicle Assembly Building), ce qui repousserait toute nouvelle tentative au 17 octobre 2022.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…