Eau sur Mars : une histoire épisodique ?

Ladon Valles par Mars Reconnaissance Orbiter. © Nasa/JPL-Caltech/Univ.Arizona
L’analyse d’observations récentes a révélé la présence de sédiments argileux dans le bassin de Ladon, à différentes périodes, démontrant une histoire de l’eau sur Mars plus longue qu’escomptée. Mais difficile de trancher sur son caractère durable ou épisodique.
Catherine Weitz L’existence d’eau dans le passé de la planète Mars fait consensus chez les astronomes à l’heure actuelle. Mais son histoire, elle, reste incertaine. Que l’on parle d’un océan, de lacs, ou de zones inondées de façon épisodique, il est difficile de s’accorder sur un scénario. Entre les preuves géologiques, climatiques et minéralogiques, il faut réunir beaucoup d’éléments pour pouvoir affirmer quoi que ce soit. Et pourtant, le débat est en pleine effervescence. C’est dans ce cadre qu’une observation récente menée par Catherine Weitz, du Planetary Science Institute en Arizona, apporte un argument supplémentaire. À partir de données de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, son équipe a mis en évidence des sédiments argileux s’étendant
Catherine Weitz L’existence d’eau dans le passé de la planète Mars fait consensus chez les astronomes à l’heure actuelle. Mais son histoire, elle, reste incertaine. Que l’on parle d’un océan, de lacs, ou de zones inondées de façon épisodique, il est difficile de s’accorder sur un scénario. Entre les preuves géologiques, climatiques et minéralogiques, il faut réunir beaucoup d’éléments pour pouvoir affirmer quoi que ce soit. Et pourtant, le débat est en pleine effervescence.

C’est dans ce cadre qu’une observation récente menée par Catherine Weitz, du Planetary Science Institute en Arizona, apporte un argument supplémentaire. À partir de données de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter, son équipe a mis en évidence des sédiments argileux s’étendant...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.