Un nouvel impact d’astéroïde observé en direct sur Jupiter

Le point blanc, photographié à la même latitude que la Grande Tache Rouge, est dû à l'impact d'un astéroïde dans l'atmosphère de Jupiter. Crédit : Ethan Chappel.
Une grosse météorite a percuté la plus grosse planète du Système solaire le 7 août. Par chance, un astronome amateur faisait des photos de la géante gazeuse et a saisi l’instant de l’impact.

Le 25 juillet 2019, la Terre était approchée par un astéroïde d’une centaine de mètres de diamètre, heureusement sans collision. Seulement quelques jours plus tard, le 7 août, un astronome amateur, Ethan Chappel, a observé le flash lumineux produit par l’impact d’un autre astéroïde dans les nuages de Jupiter. Il était 4 h 07 TU, soit 6 h 07, heure légale française quand, sur quelques unes des images d’une acquisition vidéo faite au foyer d’un télescope de 200 mm, un petit point brillant est apparu de manière éphémère à la surface de Jupiter. L’événement a eu lieu sur la bande équatoriale sud de la planète, la même sur laquelle évolue la Grande Tache Rouge, cette gigantesque tempête ovale qui fait rage depuis plus de trois siècles. L’image prise par l’amateur montre d’ailleurs la Grande Tache Rouge en même temps que le point lumineux, qui est très probablement dû à la désintégration d’un petit corps céleste dans l’atmosphère jovienne.

L'une des images brutes, extraite de la vidéo,
montrant le flash lumineux du 7 août 2019.
Crédit : Ethan Chappel.

Sept collisions déjà observées sur Jupiter

Ce n’est pas la première fois qu’un tel événement est photographié. Jupiter est en effet observée de manière quasi-permanente par des amateurs partout dans le monde. Outre l’impact de la comète Shoemaker-Levy 9 sur la planète, qui avait été prévu et observé par les observatoires professionnels en 1994, la première collision vue par hasard remonte au 19 juillet 2009. L’amateur australien Anthony Westley avait photographié le flash lumineux correspondant. Et, dans les jours qui avaient suivi, le télescope spatial Hubble avait pris une photo très résolue du nuage sombre résultant du cataclysme.

Par la suite, cinq autres impacts météoritiques avaient été vus, notamment le 3 juin et le 10 septembre 2010. Les astronomes en avaient même conclu que la fréquence d’événements similaires sur cette planète était bien plus élevée qu’ils ne le pensaient jusque-là. Toutefois, ces quelques observations ne suffisent pour avancer une estimation de cette fréquence.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.