Richard Branson réussit son vol à la frontière de l’espace

Richard Branson à bord de Spaceshiptwo le 11 juillet 2021, en état d'apensanteur. Crédit : Virgin Galactic
Richard Branson s’est élevé à près de 86 km d’altitude à bord de l’avion-fusée Spaceshiptwo, développé par la société spatiale Virgin Galactic, dont il est le fondateur.

Comme prévu, l’entrepreneur milliardaire Richard Branson a volé vers l’espace. Dimanche 11 juillet 2021, depuis l’état du Nouveau-Mexique aux Etats-Unis, le fondateur de l’entreprise Virgin Galactic a décollé à bord de l’avion-fusée Spaceshiptwo à 8h40 du matin heure locale (16h40 heure de Paris). Conçu par la société spatiale privée, le vaisseau transportant ce jour-là cinq autres passagers dont deux pilotes a été amené jusqu’à 13,7 km d’altitude par un l’avion porteur WhiteKnight 2, pour y être largué à 9h25.

Le moteur de l’engin spatial s’est aussitôt allumé pendant 60 s pendant que ses pilotes ont incliné Spaceshiptwo en position verticale, en direction de la haute atmosphère. Après avoir atteint une vitesse supérieure à 3 fois celle du son, puis cessé sa propulsion, le vaisseau a continué sur sa lancée pour culminer à une altitude de 85,9 km. Alors en chute libre, les passagers ont ressenti pendant quelques minutes la sensation d’apesanteur à l’intérieur de la cabine. Spaceshiptwo a dès lors entamé sa descente à la manière d’un volant de badminton, maintenant sa stabilité grâce à une paire d’ailes capable de se plier. Une fois l’atmosphère terrestre redevenue suffisamment dense, l’avion-fusée a déployé de nouveau ses ailes afin de bénéficier de la force de portance, et rejoindre en planant le spatioport duquel il avait décollé, pour y atterrir 14 min 17 s après son largage.


Revoir notre émission dédiée au vol de Spaceshiptwo. Largage du vaisseau à 55:28.

Également à bord de cette mission baptisée « Unity 22 », Beth Moses, instructrice en chef des astronautes chez Virgin Galactic a vécu son deuxième séjour spatial. C’est elle qui avait inauguré Spaceshiptwo en tant que passagère, en accompagnant les deux pilotes de l’avion à 89,9 km d’altitude, le 22 février 2019.

Manège à sensations fortes

Avec le vol de Richard Branson, Virgin Galactic poursuit la validation de son véhicule pour touristes spatiaux. Passés deux autres vols prévus en 2021, la société privée vise un début de ses opérations commerciales en 2022. Avant 2014, certains clients ont pu réserver des billets pour l’expérience spatiale, digne d’un manège à sensations fortes dans un parc d’attraction. Coût du billet à l’époque : 200 000 dollars. Depuis juillet 2020, le CEO (Chief executive officer) de Virgin Galactic n’est autre que Michael Colglazier, ancien président et responsable des parcs Disneyland à l'international. Au moment de sa nomination, celui-ci déclairait que son attraction préférée était « Space mountain » : un parcours en montagnes russes qui plonge le passager dans un décor spatial. Depuis un accident en vol de Spaceshiptwo faisant 1 mort et 1 blessé le 31 octobre 2014, la vente de billets pour une place à bord du vaisseau spatial n’a pas encore repris.

Le 20 juillet 2021, Jeff Bezos, autre entrepreneur milliardaire doit effectuer un autre vol suborbital de nature touristique. Le fondateur de l’entreprise Blue Origin montera pour sa part à bord d’une capsule spatiale, placée au sommet de la fusée New Shepard, développée par sa société privée.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Curiosity sillonne Mars depuis 10 ans !

    Depuis les pentes du mont Sharp, le rover américain envoie une image saisissante qui couronne un périple extraordinaire sur le sol martien. Une sorte de petit cadeau d’anniversaire dont l’esthétique ne doit pas faire oublier les découvertes scientifiques accomplies.

  • Le télescope James Webb s’offre une roue de chariot

    Une nouvelle image du télescope spatial James Webb a été rendue publique : celle de la galaxie ESO 350-40, mieux connue comme la Roue de Chariot en raison de sa forme évocatrice.

  • Nouveaux dômes sous le ciel de La Silla

    L’observatoire européen de La Silla, au Chili, s’enrichit de nouvelles coupoles : celles du réseau de télescopes BlackGEM, photographiées ici sous la Voie lactée et le Grand Nuage de Magellan.