Blue Origin annonce la date de son premier vol habité, avec un riche touriste à bord

La société spatiale Blue Origin a annoncé vouloir faire voler sa fusée New Shepard le 20 juillet 2021, avec pour la première fois un équipage humain à bord. L’un des sièges de la capsule sera occupé par le plus offrant d’une vente aux enchères qui s’est ouverte le 5 mai.

Après 15 vols « tests » en 16 ans de développement, la fusée New Shepard de la société Blue Origin va enfin transporter des humains dans l’espace. Le 20 juillet 2021, un vol suborbital s’élèvera quelques kilomètres au-dessus de la ligne de Karman, frontière de l’espace située par convention à 100 km d’altitude. Passé l’apogée de la trajectoire, atteint 4 minutes après avoir décollé du pas de tir de Blue Origin situé près de Van Horn, dans l’ouest du Texas, la capsule entamera sa descente. Ses occupants, dont le nombre exact n’a pas encore été divulgué par la société du multimilliardaire Jeff Bezos, finiront de profiter de quelques minutes d’apesanteur avec vue sur la rotondité de la Terre au travers d’amples fenêtres, avant d’entamer leur descente sous parachutes.

Dans le même temps, le booster NS3 d’une fusée réutilisable depuis 2016 atterrira de façon autonome à la verticale, à 3,2 km de son pas de tir dans le désert texan. Un vol répété pour la dernière fois, et avec succès, le 14 avril 2021. Durée totale du trajet pour les passagers : 10 minutes.

Profil du vol de New Shepard prévu le 20 juillet 2021. © Blue Origin

Un siège au plus offrant

En plus du personnel de Blue Origin, New Shepard transportera ce jour-là un premier touriste spatial. Comme annoncé le 5 mai 2021, cette personne sera celle qui remportera une vente aux enchères organisée en plusieurs temps. D’abord via une phase de promesses de dons scellés, ouverte jusqu’au 19 mai. Suivie d’une vente aux enchères plus classique qui se tiendra le 12 juin. Blue Origin a annoncé que le montant ainsi récolté serait reversé à la fondation caritative « Club of the future » affiliée à l’entreprise américaine.

Si Blue Origin compte commercialiser d’autres vols habités pendant la deuxième moitié de 2021, la société n’a pas encore divulgué le prix du billet. Mais dans un entretien téléphonique adressé aux journalistes, Ariane Cornell, directrice des ventes chez Blue Origin, a déclaré que l’entreprise prendrait bonne note des « enchérisseurs les plus actifs ». Selon toute vraisemblance, le prix de vente d’un billet à bord du New Shepard sera ajusté a posteriori. Dans un tweet, Eric Berger, rédacteur en chef au média Ars Technica, a avancé que le montant excéderait largement 500 000 $…

Au-delà d’être riches, les futurs touristes spatiaux devront remplir quelques autres critères communiqués par Blue Origin. Avoir plus de 18 ans, peser entre 50 et 101 kg et mesurer entre 1,52 et 1,93 m. Durant l’ascension, ils devront être capables de supporter 3 g d’accélération, mais aussi 5,5 g pendant quelques secondes au cours de la descente.

Le 20 juillet 2021, le premier client de Blue Origin aura bénéficié d’un entrainement de 3 jours avant de quitter le plancher des vaches. Avec la mission Inspiration4 de SpaceX, prévue pour emmener quatre civils pendant trois jours en orbite en septembre 2021, le tourisme spatial est donc ouvert. Pour l’heure, et sans nul doute pour encore longtemps, il restera l’apanage des plus fortunés qui pourront s’offrir, ou offrir, un billet vers les cieux.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.