New Horizons cherche sa 3e cible

Vue d’artiste de New Horizons dans la Ceinture de Kuiper. © Nasa
Les équipes de New Horizons imaginent déjà un nouvel objectif pour la sonde qui a visité Pluton en 2015. Elles rêvent de trouver à explorer un second astéroïde de la Ceinture de Kuiper, après le survol d’Ultima Thulé. Un défi risqué, pour un enjeu qui en vaut la chandelle.

Avant même le survol d’Ultima Thulé, Alan Stern pense déjà à la suite. Le responsable de la mission New Horizons espère trouver une troisième cible à explorer après le survol de Pluton, le 14 juillet 2015, et de l’astéroïde Ultima Thulé, le 1er janvier 2019. Les motivations sont nombreuses, car cette zone du Système solaire se révèle plus riche que ce les chercheurs imaginaient à l'époque où la sonde a été conçue, au début des années 2000. « Si nous avions su alors ce que nous savons aujourd’hui sur la Ceinture de Kuiper, nous aurions pris plus de carburant pour aller explorer d’autres objets de ce type », estime Marc Buie, du South West Research Institute.

« Ce serait fou de ne pas essayer »

Par ailleurs, New Horizons fonctionne toujours parfaitement. Il est donc souhaitable d’en profiter car la Nasa n’envisage pas encore de prochaine mission vers cette zone. La sonde fonctionne d’autant mieux que, des deux astéroïdes accessibles après Pluton, l’équipe de New Horizons a choisi la cible la plus économe en carburant. « Nous avons consommé environ un tiers de ce qu’il restait après le survol de Pluton pour changer de trajectoire vers Ultima Thulé. Il reste actuellement 18 kg de carburant », détaille Alice Bowman, responsable des opérations de pilotage de la mission.

Quant au réacteur nucléaire de la sonde, il perd 3,5 W de puissance par an. « Pour avoir toujours suffisamment d’énergie, nous avons mis hors service VB-SDC, l’instrument chargé de compter les poussières », explique Chris Hersman, l’ingénieur système de la mission. Avec ses 11 kg de plutonium, le générateur délivre actuellement 190 W, et on peut descendre jusqu’à une puissance de 150 W, voire un peu moins. Il est donc potentiellement possible de maintenir la sonde jusqu’au milieu des années 2030 », ajoute Chris Hersman.

Pour Alan Stern tous les voyants sont au vert : « Il serait fou de ne pas essayer de trouver une troisième cible à la sonde ».

Une cible à trouver avant la fin des années 2020

« Actuellement, Ultima Thulé se trouve dans la partie centrale de la Ceinture de Kuiper. La sonde va traverser celle-ci encore pendant près de 10 ans. Elle sortira de cette zone vers 2027 ou 2028 », détaille Alan Stern.

Alan Stern, responsable de la mission New Horizons, rêve déjà d'une nouvelle cible pour la sonde. © JL Dauvergne. 

Les chercheurs ont donc encore quelques années pour trouver une cible à New Horizons. Mais la tâche est difficile. Ultima Thulé est à ce jour l’objet du Système solaire le moins lumineux découvert. Sa détection a monopolisé un temps d’observation record sur le télescope spatial Hubble, et ce temps n’a pas été facile à obtenir. Du coup, Alan Stern imagine une autre stratégie : chercher une cible directement avec New Horizons puisqu’elle est désormais au cœur de la zone de recherche.

« Nous avons été capables de détecter Ultima Thulé dès le mois d’août, alors que nous nous trouvions encore à un demi-milliard de kilomètres, et l’on sait qu’il aurait été possible de le détecter avant », souligne Alan Stern. Il y a néanmoins une petite difficulté technique. Elle tient au débit de téléchargement des données, de l’ordre de 500 à 1000 bits par seconde. « Pour contourner ce problème, nous envisageons de mettre à jour l’ordinateur de bord pour lui permettre d’additionner lui-même les images réalisées et d’envoyer vers la Terre une seule image à chaque fois », détaille Hal Weaver, responsable scientifique de la mission.

Hal Weaver, responsable scientifique de la mission New Horizons. © JL Dauvergne.

Une mission à financer

Avant de se lancer dans cette éventuelle nouvelle mission, New Horizons devra finir d’envoyer les données d’Ultima Thulé vers la Terre. En tout, les 50 gigabits de données nécessiteront 20 mois de téléchargement, ce qui rend la sonde indisponible jusqu’en 2020. « On fera une proposition de mission étendue à la Nasa à l’été 2020. L’extension de mission actuelle va jusqu’au début de 2021 », annonce Alan Stern.

Affaire à suivre donc.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?