Quand découvrirons-nous les premières images d’Ultima Thule ?

Dans les jours qui viennent, la sonde New Horizons va envoyer vers la Terre les premières images d’Ultima Thulé. Vous vous demandez certainement quand nous verrons enfin une image détaillée de cet objet. Voici la réponse en images.

Le 1er janvier 2019, la sonde New Horizons survolera l’objet le plus lointain jamais exploré, mais aussi le plus primitif du Système solaire : Ultima Thulé, ou 2014 MU69, selon sa désignation officielle. De l’aveu même des chercheurs, ils ne savent pas du tout à quoi s’attendre. L’impatience de découvrir ces premières images de l’objet est très forte.

Des images résolues au dernier moment

En raison de sa petite taille apparente, 2014 MU69 commencera à être bien résolu uniquement dans les heures précédant le survol rapproché, qui doit avoir lieu à 5 h 33 TU (6 h 33 en France) le 1er janvier 2019. La sonde New Horizons sera alors à seulement 3500 km d’Ultima Thulé. Sur place, à l’université Johns Hopkins, cela survient à peine 33 minutes après le Nouvel An, du fait du décalage horaire. Pur hasard de la mécanique céleste.

Par sécurité en cas d’échec…

Deux images seront téléchargées avant le survol, par sécurité. Elles sont appelées « failsafe », comprenez « sécurité en cas d’échec ». Sur l’image téléchargée le 31 décembre 2018, à 20h55 TU, nous aurons déjà une première idée de l’aspect général de l’objet, mais la résolution restera encore limitée. Elle sera reçue dans la salle de contrôle de l’université Johns Hopkins, à laquelle nous avons eu la chance d’accéder.

Les images « New York Times »

Les images suivantes sont surnommées « NYT », comprenez « New York Times » comme le grand quotidien américain, car elles feront la une des journaux. NYT1 sera une image assez résolue, mais pas encore l’image la plus détaillée. En fait, les chercheurs veulent être certains que l’objet se trouve bien dans le champ de la caméra. On sait qu’il subsiste un petit doute sur sa nature : est-il binaire ou pas, comme nous l’expliquons dans notre reportage au Sénégal ? Si c’est le cas, la caméra risque de viser entre les deux corps.

Sur l’image en haut de page, nous avons simulé le niveau de détail visible sur les différentes photos qui seront envoyées. Ces simulations sont réalisées à partir d’une vue de la comète Chury, qui est environ trois fois plus petite qu’Ultima Thulé.

Comptez quelques heures de plus avant que les équipes de la sonde puissent traiter les images et les dévoiler au public. Ce n’est donc qu’à partir du 3 ou du 4 janvier que nous aurons la plus belle image. Mais dès le 2 janvier 2019, une belle image sera diffusée. Pour le survol de Pluton en 2015, les scientifiques étaient très réactifs et à chaque fois impatients de partager leurs résultats avec le monde entier !



Nos articles payants sont accessibles pour seulement 2 € par mois. L’abonnement donne aussi accès à près d'une centaine d'articles archivés et de nombreux podcasts. L'abonnement apporte aussi un soutien aux activités de l'Association française d'astronomie.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • LM d’Apollo 10, photo du trou noir, voyages vers Mars… : retrouvez tous nos articles 100 % web

    Un astronome aurait retrouvé le LM d’Apollo 10 ! Comment photographie-t-on un trou noir ? Une expérience donne de l’espoir pour la vie sur Mars… Passionnés d’exploration spatiale, curieux d’astronomie, vous trouverez à coup sûr matière à apprendre dans les nombreux articles et podcasts publiés sur notre site. En voici la liste. Cliquez, et découvrez !

  • Trou noir : les secrets d’une image

    La première photo d’un trou noir, révélée le 10 avril 2019, restera certainement dans les annales de l’astronomie. Un exploit collectif réalisé par 200 astrophysiciens dispersés sur toute la planète, et dont voici les coulisses.

  • Aidez les astronomes à savoir quand se couche réellement le Soleil

    Étonnant : les heures de lever et de coucher du Soleil ne sont pas prédites à mieux que quelques minutes. La responsable de cette imprécision : notre atmosphère. Les chercheurs se tournent vers les sciences participatives pour résoudre ce problème épineux, car il a un impact la navigation en mer, mais aussi sur les observations astronomiques.