La Nasa met à jour sa carte de l’eau sur Mars

Grâce aux données de ses récentes sondes en orbite autour de Mars, la Nasa a révélé une nouvelle carte montrant la répartition de la glace d’eau présente sous la surface de la planète rouge.

Vous comptez envoyer des astronautes sur la planète Mars ? La Nasa vous indique les meilleures destinations pour qu’ils puissent s’approvisionner en eau, sans avoir à creuser trop profondément dans le sol. Grâce aux données de ses sondes martiennes, parmi lesquelles la mission Mars Odyssey arrivée sur orbite en 2002, et la plus récente Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) dotée de la caméra haute résolution HiRISE, l’agence spatiale américaine a établi une nouvelle carte de la glace d’eau présente sous la surface de Mars. C’est la quatrième cartographie, et la plus détaillée, du projet SWIM (Subsurface Water Ice Mapping), lancé en 2017.

Le Ciel & espace 591 disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Exoplanètes : ce que révèlera leur atmosphère

Ciel & espace n°591

Ce planisphère martien, entre 60° N à 60° S, illustre que la glace située à moins de 5 m de profondeur peut être abondante à 20° à peine au nord de l’équateur. Dans les régions polaires, au-delà de cette carte, la glace est omniprésente directement sous terre, tant la température est basse (–160°C). En l’absence de pression atmosphérique suffisante, l’eau ne peut exister à l’état liquide à la surface de Mars. Au contact de l’air, la glace devient vapeur instantanément.

Pour naviguer vous-même dans la carte et faire apparaitre les missions spatiales (triangles blanc), cliquez sur l’image ou sur ce lien. © Nasa/JPL-Caltech/Planetary Science Institute

Compromis martien

Si la glace d’eau est d’autant plus abondante que l’on monte aux pôles, la température martienne grimpe au contraire à mesure que l’on approche l’équateur. Le mercure y atteint 20°C à midi. Une future base habitée pourrait choisir de s’établir à des latitudes moyennes, où l’on trouve le meilleur compromis entre disponibilité de l’eau et température clémente. Dans l’hémisphère Nord, cette bande géographique présente un autre avantage. C’est là que l’atmosphère est la moins ténue, offrant un freinage plus efficace à d’éventuels vaisseaux souhaitant y atterrir.

Aujourd’hui, aucun vaisseau habitable pour Mars n’est en cours de développement, hormis le Starship. Mais le véhicule superlourd de la société SpaceX doit d’abord faire ses preuves autour de la Terre, puis sur la Lune.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.