Fin de parcours pour les fusées russes Proton

Une fusée russe Proton au décollage. © Сергеев
La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

D’ici à 2021 seront produites les onze dernières fusées Proton. L’annonce a été faite ce 17 septembre par le directeur général de l’usine Khrunishev qui construit les lanceurs lourds russes. Quatre de ces exemplaires sont déjà terminés. Les sept autres seront assemblés d’ici à la fin de 2021 pour des lancements jusqu’en 2025.

Cette annonce, relayée par l’agence TASS, sonne la fin d’une époque pour l’astronautique russe. En effet, les lanceurs Proton, conçus dans au début des années 1960 comme de puissants missiles balistiques, ont eu leur heure de gloire dans l’exploration de l’espace. Ils ont expédié autour de la Lune plusieurs vaisseaux Zond, à l’époque où l’URSS disputait la course à la Lune contre les États-Unis. En 1968, c’est à la suite de deux de ces lancements réussis que les responsables de la Nasa avaient décidé d’accélérer le programme Apollo et d’envoyer la mission Apollo 8 autour de la Lune.

Lanceur de stations spatiales

D’une masse de 700 tonnes pour une hauteur de 57 m, les fusées Proton ont aussi servi à lancer les rovers lunaires Lunokhod et les stations spatiales Saliout. Elles ont permis l’assemblage en orbite de la station russe Mir et enfin le lancement de plusieurs modules de la Station spatiale internationale (ISS).

La première sonde européenne de la mission Exomars, Trace Gas Orbiter, s’est envolée à bord d’une Proton. Et le rover Rosalind Franklin, qui devrait rejoindre la planète rouge en 2020, toujours pour la mission Exomars, embarquera également dans une Proton, l’une des dernières après plus de 400 lancements depuis 1965.

Le vieux lanceur russe, dont les carburants sont très toxiques et qui avait subi plusieurs échecs sérieux au début des années 2010 avant de retrouver sa fiabilité, devrait être remplacé par l’une des fusées de la famille Angara, encore en cours de développement.

 

Disponible en kiosque ou sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°567, d’octobre-novembre 2019

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.