Ariane 6 délaissée par un satellite européen, qui lui préfère SpaceX

La première Ariane 6 sur son pas de tir © ESA/ArianeGroup/Arianespace/CNES
L’agence européenne Eumetsat choisit de ne plus envoyer son prochain satellite météo à bord d’Ariane 6. Le troisième exemplaire du nouveau lanceur de l’ESA lui était pourtant réservé. Mais c’est finalement une fusée Falcon 9 de SpaceX qui lui est préférée.

Avant même son vol inaugural planifié le 9 juillet 2024, Ariane 6 vient de subir une importante déconvenue. Selon une information publiée le 27 juin par le journal Le Monde, le satellite qui devait partir à bord du troisième exemplaire de la nouvelle fusée européenne vient d’annuler son voyage. Ce client est Eumetsat, organisation européenne qui exploite une flotte de satellites météorologiques. Pour mettre sur orbite son satellite MTG-1, Eumetsat s’est même tourné vers la concurrence américaine, à savoir SpaceX et son lanceur Falcon 9.

« C’est un changement plutôt brutal d’autant que le vol était prévu pour très bientôt », s’est indigné Philippe Baptiste, président du CNES, sur le réseau social Linkedin. Dans l’hypothèse d’un premier décollage réussi pour Ariane 6, son troisième lancement pourrait avoir lieu début 2025. « C’est un jour très décevant pour les efforts spatiaux de l’Europe », ajoute Philippe Baptiste, se disant « impatient de comprendre les raisons de ce choix d’Eumetsat ».

Deux numéros disponibles sur notre boutique web et en kiosque (où les trouver ?)

Des planètes à la vie : le grand récit de nos origines, le nouveau hors-série de Ciel & espace

Le Ciel & espace 595 : Trous noirs, et s’ils étaient tout proches ?

Deux numéros en kiosque : le Ciel & espace 595 et le hors-série “Le grand récit des origines”. © C&E

Une loi de préférence spatiale ?

Dans les semaines précédant ce désaveu, plusieurs leaders du secteur spatial européen se sont déclarés favorables à ce que la Commission européenne inscrive dans ses traités une préférence européenne. À savoir que les satellites institutionnels de l’Europe comme Galileo, Copernicus et les satellites scientifiques du continent aient pour obligation de décoller à bord d’une fusée européenne. Les États-Unis appliquent cette règle de préférence spatiale.

Dans l’attente d’Ariane 6, du retour au vol de Vega C prévu après octobre 2024, ou des vols inauguraux de petites fusées françaises ou allemandes, le télescope spatial Euclid et deux satellites Galileo sont partis avec SpaceX en 2023 et 2024. Avant la rupture du contrat signé il y a quatre ans avec Eumetsat, le carnet de commandes d’Arianespace comptait des clients pour 30 lancements d’Ariane 6. Avec pour objectif, à terme, de réaliser douze vols par an.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.