Succès du tir de la sonde Hayabusa 2 sur l’astéroïde Ryugu

Hayabusa 2 pendant ses opérations au dessus de l'astéroïde Ryugu (illustration). Crédit : Jaxa
C’est confirmé : le mécanisme explosif déployé ce 5 avril à 3h56 heure française par la sonde japonaise Hayabusa 2 a bien fonctionné. L’impact a été enregistré par une caméra larguée à distance, et ses images relayées sur Terre.

Il y a un nouveau cratère à la surface de l’astéroïde Ryugu, et celui-ci ne doit rien aux débris de roches et de glaces qui sillonnent le système solaire. Cette nuit (en fin de matinée heure de Tokyo), la sonde japonaise Hayabusa 2 a tiré un petit bolide de 2 kg sur l’astéroïde Ryugu. Une opération complexe -- comme nous le confiait le responsable scientifique de la mission au moment du lancement --, en trois temps, destinée à la fois à comprendre le mécanisme de formation des cratères sur un petit astéroïde et à observer sa sous-surface, préservée du rayonnement solaire.

 

Première vue (basse résolution) de l'impact du bolide projeté sur Ryugu par Hayabusa 2. Crédit : Jaxa
Zoom : première vue (basse résolution) de l'impact du bolide projeté sur Ryugu par Hayabusa 2. Crédit : Jaxa

 

« La façon dont les cratères se forment sur les petits astéroïdes – où la résistance mécanique et la gravité sont très différentes de celles d’une planète – peut avoir de grandes conséquences sur l’estimation de leur age. Aujourd’hui, pour cela, on compte les cratères : plus il y en a de petits et plus la surface est réputée jeune, les gros cratères étant censés s’être formés tôt, lorsqu’il existait encore beaucoup de gros objets en circulation. Si on s’aperçoit que de petits projectiles peuvent former des gros cratères, notre règle de calcul devra changer » explique l’astrophysicien Patrick Michel (Observatoire de la Côte d’Azur).

Seul non-européen présent dans la salle de contrôle pendant les opérations, il y décrit une ambiance « tendue » lorsque successivement, Hayabusa 2 a largué à 500 m de la surface le Small Carry-on Impactor (SCI) – dispositif explosif qui allait propulser le bolide –, puis une demi-heure plus tard la caméra destinée à filmer l’événement : l’explosion de la charge de 10 kg dans l’espace et l’impact à 7200 km/h de la petite masse de 2 kg sur l’astéroïde.

 

Le petit impacteur qui a frappé l'astéroïde Ryugu cette nuit. Crédit : Jaxa

 

« Le centre de contrôle a rapidement reçu des images du déploiement du SCI. Puis nous avons reçu l’information selon laquelle la sonde avait rejoint sans encombres sa zone de sécurité, d’où elle pouvait capter les données de la caméra sans être atteinte par les débris de l’explosion ou de l’impact » reprend le chercheur. L’opération, inédite, ne devait surtout pas mettre en danger la sonde. « Elle embarque les échantillons récoltés le 21 février, un trésor qu’il ne faut absolument pas risquer de perdre ! »

 

La complexe opération réalisée par Hayabusa 2 cette nuit : (1) Le SCI est largué et s'approche de Ryugu à 5 cm/s. (2-3) Hayabusa 2 s'éloigne
puis (4) largue une petite caméra-sonde qui filmera l'explosion pendant que (5) la sonde se sera mise hors de danger. Crédit : Jaxa 

 

La caméra larguée par Hayabusa 2 a pris 30 images chaque seconde avant l’impact et 30 autres au même rythme après l’impact. Les images à haute résolution qui permettront de déterminer la taille du cratère arriveront dans les prochains jours, mais une vue à basse résolution – qui montre clairement le jet de matière éjecté – confirme le succès de l’opération.

 

Modèle de la caméra (cylindre) larguée par Haybusa 2 pour photographier l'impact. Crédit : Jaxa

 

Hayabusa 2, elle, ne reviendra photographier le site que dans deux semaines, le temps nécessaire pour s’assurer qu’aucun débris ne flotte encore dans la zone.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.