Hayabusa 2 a réussi sa collecte sur l’astéroïde Ryugu

Traces de la poussière déplacée par les propulseurs de Hayabusa 2 après le contact avec Ryugu. Crédit : Jaxa
À 342 millions de kilomètres de la Terre, la sonde japonaise Hayabusa 2 est parvenue ce 21 février 2019, à 23h49, à toucher le sol de l’astéroïde Ryugu et à y récolter des échantillons. Ils seront récupérés sur Terre en décembre 2020.

Au terme d’une longue descente précautionneuse de près de 24 heures, la sonde japonaise Hayabusa 2 est parvenue à toucher la petite surface de 6 m de côté qu’elle visait sur l’astéroïde Ryugu. « C'est extraordinaire ! Quel bonheur d'être là ! » s'enthousiasme l'astrophysicien Patrick Michel (observatoire de la Côte d'Azur), membre de l'équipe scientifique de la mission. « Il y avait une telle tension dans la salle de contrôle, après une nuit blanche et une journée entière passée à surveiller la descente... »

Dans la salle de contrôle, l'équipe de Hayabusa 2 exulte après la réception des données annonçant le succès de la sonde. © Jaxa

Cette opération était un défi : avant d’arriver à proximité de Ryugu, les équipes de la sonde pensaient y trouver une zone lisse, sans gros rochers, d’environ 100 m². Le sol de l’astéroïde s’étant révélé beaucoup plus chaotique que prévu, ils avaient dû totalement repenser leur stratégie de navigation pour viser une région bien plus étroite.

Une image de la surface de Ryugu prise trois quarts d'heure avant le contact. © Jaxa

De plus, au début de la descente, les pilotes de l'agence spatiale japonaise (Jaxa) avaient eu quelques soucis avec Hayabusa 2. « La sonde se comportait bizarrement. Une antenne semblait mal pointée. Il a fallu 4 heures pour comprendre pourquoi, réécrire en direct des lignes de code et les télécharger sur la sonde. C’est pour cette raison qu'elle a commencé par descendre plus vite que prévu : il fallait rattraper le temps perdu ! »

Le tir à bout pourtant d’un petit projectile à près de 1000 km/h, destiné à pulvériser un peu de la surface pour que la sonde puisse en récupérer des poussières, s’est apparemment lui aussi déroulé correctement, avec quelques minutes d’avance sur l'horaire prévu. « Nous sommes en train de vérifier les données de température dans la chambre de tir du projectile, qui confirment qu’il a bien été tiré. Mais pour avoir une idée de l'effet de l'impact sur Ryugu, il faudra attendre l'envoi des premières images en fin de journée (milieu de matinée en France) », reprend l'astrophysicien.

La sonde de 600 kg a maintenant commencé à s’éloigner rapidement de Ryugu.

[Mise à jour du 22 février à 10 h : Une première image a été communiquée par l'équipe de Hayabusa 2 (ci-dessous). Elle montre les traces de la poussière déplacée de les propulseurs de la sonde juste après son contact avec l'astéroïde. La présence d'un nouveau cratère d'impact doit encore être confirmée.]

Une image du sol de Ryugu prise immédiatement après la collecte d'échantillons. Les traces au sol sont dues aux poussières déplacées
par les gaz des propulseurs qui ont permis à Hayabusa 2 de s'éloigner une fois l'opération réussie. On remarque, en noir foncé, que certaines
de ces poussières se sont collées à l'objectif de la caméra. La présence d'un nouveau cratère d'impact n'est pas encore confirnée. © Jaxa
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le robot Yutu 2 rencontre des roches inhabituelles sur la face cachée de la Lune

    Le rover chinois de la sonde Chang’e 4, arrivé sur la Lune en janvier 2019, vient de faire une découverte dans un jeune cratère d’impact : des roches colorées qui ressemblent à du gel.

  • Podcast : Le voyage extraordinaire de George Méliès

    Le 1er septembre 1902, il y a 117 ans presque jour pour jour, Méliès projetait pour la première fois son “Voyage dans la Lune”. Année lunaire oblige, nous rediffusons un entretien enregistré en 2011, consacré à la restauration de l'unique copie couleur du chef-d'œuvre !

  • Podcast : La science en chemin, avec Romain Laugier

    Ingénieur des Arts et Métiers, Romain Laugier démarre une carrière en entreprise avant d'être rattrapé par le démon de l'astronomie... Ce qui l'amène finalement à démarrer une thèse. Rencontre avec un doctorant au parcours atypique, suite de notre série "La science en chemin".