Ryugu à la lampe torche

Zoom nocturne sur la surface de l'astéroïde Ryugu. Crédit : MASCOT/DLR/JAXA
Des images de la surface de Ryugu diffusées le 23 août 2019 par l'agence spatiale allemande, dont certaines prises de nuit, éclairées par les leds du petit atterrisseur Mascot, montrent que l'astéroïde présente une grande similarité avec une classe de météorite remontant à l'origine du Système solaire.

Pour le quidam, l'image n'est peut-être pas très spectaculaire. Mais pour qui sait la décrypter, elle est fascinante.

Ce zoom nocturne de la surface de l'astéroïde Ryugu – l'image fait environ 30 cm de côté – a été réalisé en octobre 2018 à plus de 300 millions de kilomètres de la Terre, par le petit atterrisseur Mascot largué par la sonde japonaise Hayabusa 2.

Eclairée par 3 leds de couleur, la surface de Ryugu apparaît comme un sol sombre, légèrement rougeâtre, constellé d’inclusions brillantes. Selon l’équipe européenne qui a analysé cette image, publiée avec d’autres le 23 août 2019 dans la revue Science, ces inclusions et leur abondance rappellent fortement certaines chondrites carbonées comme les météorites de Tagish Lake.

Les météorites de Tagish Lake présentent les mêmes incusions que la surface de Ryugu.
Crédit : Michale Holly, Creative Service, University of Alberta

Tombées en pluie au Canada en l’an 2000, les météorites de Tagish Lake sont un type de chondrite rare et très ancien.

D’autres images réalisées par Mascot pendant sa descente sur Ryugu montrent que l’astéroïde est couvert de deux types de rochers : sombres et rugueux ou brillants et lisses. Leur distribution uniforme pourrait signifier que Ryugu est en fait l’accumulation de débris de deux corps différents qui se seraient totalement disloqués lors d’une rencontre violente.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Un transit de Mercure entre les nuages

    Le 11 novembre 2019, Mercure avait rendez-vous avec le Soleil. Ces passages de la première planète du Système solaire devant notre étoile sont rares, ils surviennent en moyenne 13 fois par siècle.

  • Test d’éjection réussi pour la capsule spatiale CST-100 Starliner

    La future capsule de Boeing destinée à acheminer des astronautes en orbite a franchi un cap important en réussissant son essai d’abandon de mission sur l’aire de lancement. Toutefois, l’un de ses parachutes ne s’est pas déployé.

  • A-t-on découvert la plus petite planète naine ?

    Cérès pourrait bien ne pas être la plus petite planète naine connue dans le Système solaire. C’est ce que révèle l’équipe de Pierre Vernazza, du Laboratoire d’astrophysique de Marseille, après avoir photographié Hygiea situé dans la Ceinture d’astéroïdes (entre Mars et Jupiter). Bien que moitié plus petit que Cérès, Hygiea a également une forme sphérique.