Pour son deuxième lancement, le Super Heavy est en progrès

Crédit : SpaceX
Le 18 novembre 2023, le lanceur Super Heavy de Space X a propulsé le vaisseau Starship jusque dans l'espace. Mais après leur séparation, ces deux éléments ont dû être détruits.

Pour la deuxième fois en 2023, le lanceur géant Super Heavy de la société Space X s'est élevé dans les airs depuis son aire de décollage située à Boca Chica, près de la frontière mexicaine du Texas, aux États-Unis. À son sommet, le vaisseau Starship. Il était 14 h en France ce 18 novembre, 7 h au Texas, quand les 33 moteurs Raptor du booster de 9 m de diamètre et de 70 m de haut se sont allumés. Cette fois, aucun n'a connu de défaillance et la fusée s'est élevée rapidement dans les airs, contrairement à l'essai du 20 avril. Un déluge d’eau a protégé le pas de tir des effets acoustiques produits par l’énorme fusée, visiblement de manière efficace.

Quelques secondes après l'allumage de ses moteurs, le Super Heavy s'arrache de son pas de tir, emportant le Starship. Crédit : Space.

Pendant l'ascension, tous les moteurs du Super Heavy ont fonctionné jusqu’au bout, soit leur arrêt programmé après 2 minutes de vol. L'ensemble de 120 m de haut se trouvait alors à 90 km d'altitude et volait à environ 3800 km/h.

Séparation à chaud entre le Super Heavy et le Starship

À cet instant, les moteurs du Starship, vaisseau de 9 m de diamètre et de 50 m de long se sont allumés pour pratiquer ce que les spécialistes appellent une séparation à chaud. Ce « hot staging » consiste à ne larguer l'étage inférieur qu'après l'allumage des moteurs de l'étage supérieur. Ce afin d’éviter une collision entre les deux vaisseaux, toujours possible si, sur sa lancée, le premier étage rattrape le second, qui n'a pas encore démarré sa propulsion. Surtout, cela permet d'optimiser la propulsion et de gagner en efficacité pour rejoindre l'orbite. Cette opération spectaculaire — car les gaz des moteurs du Starship s'échappent sur les flancs par des grilles — s’est bien déroulée.

L’allumage du Starship, encore solidaire du Super Heavy, à environ 90 km d'altitude. © Space X
L’allumage du Starship, encore solidaire du Super Heavy, à environ 90 km d'altitude. © Space X

Ensuite, le Super Heavy a fait une culbute pour entamer son retour contrôlé vers la surface du golfe du Mexique. Mais au bout de quelques secondes, il a explosé en une pluie de débris.

De son côté, le Starship a poursuivi sa course vers l’espace, atteignant une altitude de 148 km avant d’être détruit à son tour. Il n'a donc pas effectué sa courte orbite jusqu'à tenter un retour dans l'atmosphère au-dessus du Pacifique, comme cela était planifié.

Décollage réussi, retours ratés

Même si la mission n'a pas été accomplie, ce vol d'essai montre de bons progrès par rapport au précédent, qui avait tourné court avant toute tentative de séparation entre le Super Heavy et le Starship. La baie de 33 moteurs du Super Heavy a bien fonctionné et la séparation à chaud avec le Starship a été réussie. Les manœuvres de retour du Super Heavy, qui devait tenter de se poser en douceur sur l'eau, n'ont pas pu avoir lieu à cause de sa destruction prématurée. De même, le Starship n'a guère pu tester sa manœuvrabilité en orbite et sa capacité à revenir sur Terre.

Peu après le décollage, on voit que les 33 moteurs Raptor fonctionnent. © Space X
Peu après le décollage, on voit que les 33 moteurs Raptor fonctionnent. © Space X

 

Le Ciel & espace 592 disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Avec le Calendrier 2024 illustré des plus belles photos du JWST

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • L’astéroïde Dimorphos a été déformé par l’impact de la sonde Dart

    En 2022, la mission Dart entrait en collision avec l’astéroïde Dimorphos. Télescopes spatiaux et terrestres ont alors scruté les conséquences de l’impact sous toutes les coutures. Et les premières analyses viennent de tomber : Dimorphos est un agrégat de roche peu résistant. Une bonne nouvelle pour la défense planétaire.

  • Des étoiles mystérieuses se forment en bordure des galaxies

    De jeunes étoiles situées en périphérie des galaxies ont été découvertes en grand nombre grâce à l’observatoire spatial Galex. Leur présence étonne les astronomes, et ce, d’autant plus qu’ils n’étaient pas parvenus jusqu’ici à observer les nébuleuses dans lesquelles elles se sont formées.

  • Grand entretien avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud : Les découvertes de demain se feront-elles en Chine ?

    Longtemps ignorée de l’Europe, l’apport technique de la Chine, nourrie de multiples innovations, pointe l’efficacité de ses méthodes et de son approche originale. En partant de l’astronomie, Jean-Marc Bonnet-Bidaud s’est intéressé à la science chinoise ancienne et à la pensée qui a présidé à son émergence.