New Horizons dévoile de nouveaux détails sur Ultima Thule

L’équipe de la sonde New Horizons vient de publier une nouvelle image d’Ultima Thulé montrant de nombreuses dépressions encore mystérieuses à sa surface.

Depuis la première image détaillée de la surface d’Ultima Thulé publiée le 2 janvier 2019, le public est en attente d’une photo encore plus résolue de l’astéroïde. En voici une téléchargée par le Deep Space Network de la Nasa entre le 18 et le 19 janvier. Elle a été dévoilée le 24 janvier par l’équipe de New Horizons. Si vous avez manqué les épisodes précédents, rappelons qu'Ultima Thulé (33 km) est le tout premier objet de Kuiper exploré par une sonde. Il a été survolé le 1er janvier 2019 par la sonde New Horizons. C'est aussi l'objet le plus lointain visité par l'humanité : il se situe à 6,6 milliards de kilomètres de la Terre, soit plus de 44 fois la distance Terre-Soleil.

Des cratères mais pas forcément des impacts

Sur l’image du 2 janvier, Ultima Thulé était éclairé de face. Cet angle particulier ne permet pas de bien distinguer les reliefs à sa surface. De même lorsque l’on observe la Pleine Lune au télescope, ses cratères ne sont pas ou peu visibles. Sur cette nouvelle image, des ombres sont enfin présentes au limbe, et elles dévoilent de nombreuses dépressions faisant penser à des cratères d’impact.

L'animation ci-dessous montre la rotation d'Ultima Thulé depuis l’image précédente et surtout le gain de résolution. Elle confirme aussi que les deux lobes sont moins sphériques que prévu, comme nous l’avions déjà souligné dans un précédent article

Là où l’image est étonnante, c’est que les petites dépressions visibles sont nombreuses, alors qu’Ultima Thulé se situe dans une zone du Système solaire où les collisions sont rares. Statistiquement, les chercheurs s’attendaient à voir seulement quelques impacts à la surface de l’astre, alors qu’on en dénombre au moins une trentaine, et même plus de quarante comme le montre l'image ci-dessous !

Une quarantaine de cratères sont visibles sur cette photo d’Ultima Thulé. © Nasa

Autre détail étonnant : ces structures ont toutes une taille comparable en ordre de grandeur. Des images plus résolues seront nécessaires pour discerner si des dépressions plus petites sont visibles à plus petite échelle. Pour l’heure, l’équipe scientifique reste prudente sur leur origine géologique. Pour elle, il peut aussi s’agir de zones où le sol s’est effondré, ou bien encore de dépressions résultant d’une activité de dégazage. Et bien entendu, la combinaison de plusieurs mécanismes, dont des impacts, est possible. 

Des images plus détaillées sont attendues

Ce n’est pas encore l’image la plus détaillée prise lors du survol, même si elle a été enregistrée seulement 7 minutes avant le passage de New Horizons au plus près de l'objet. La sonde était à cet instant à 6700 km de distance, alors que le passage au plus près s’est effectué à 3500 km. Mais surtout, c’est une image issue de l’instrument Ralph. Destiné à collecter des données couleurs sur les cibles observées, il n’a pas une résolution angulaire aussi bonne que la caméra haute résolution Lorri. Le premier observe un champ de 5,7° avec un détecteur 5024 pixels de côté, et la seconde un champ de 0,3° avec un capteur de 1024 pixels de côté. Autrement dit, Lorri a une résolution 4 fois supérieure à celle de Ralph ! La sonde a donc potentiellement encore à bord des données 8 fois plus résolues à envoyer vers la Terre… à condition qu’elle ait bien visé sa cible lors du passage au plus près, ce qui est une gageure du point de vue de la navigation.

On peut se demander pourquoi l’image n’est pas en couleur étant donné l'instrument utilisé. Cathy Olkin, responsable de Ralph, a apporté des explications sur ce point : « C’est une image intégrant toutes les couleurs. Ralph est en effet connu pour ses images couleur et ses spectres dans le proche infrarouge révélant la composition de la surface, mais il possède également 3 canaux panchromatiques. Cette partie de l’instrument a été conçue en secours, en cas de panne de la caméra Lorri. »

 

Pour en savoir plus sur Ultima Thulé

Découvrez notre dossier dans le Ciel & espace n°564, disponible sur notre boutique ou en kiosque à partir du 15 mars.

A lire aussi sur notre site, au sujet de son survol par New Horizons, que nous avons suivi en direct à Washington :​

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Osiris-Rex zoome sur le rocher géant de Bennu

    La sonde américaine Osiris-Rex multiplie les images rapprochées de la surface rocailleuse de l’astéroïde Bennu. Un rocher particulièrement saillant a été photographié de près.

  • Hubble sonde une nouvelle fois les galaxies lointaines

    Après 16 années d’observations acharnées, le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA, vient de fournir une mosaïque exceptionnelle de l’Univers lointain. Une nouvelle prouesse pour le plus célèbre de tous les télescopes.

  • Notre Dame de Paris depuis l’espace

    Moins de 48 h après l’incendie de la toiture de Notre-Dame de Paris, les dommages sur l’édifice ont été photographiés depuis l’espace par un satellite français.