Retour sur la Lune en 2024 : la Nasa précise son calendrier

Crédit : Nasa
La Nasa entend poser à nouveau des hommes sur la Lune, et pour la première fois une femme, à l’horizon 2024. L’agence américaine vient de dévoiler le rétroplanning de son ambitieux programme, nommé Artémis

Orion, le vaisseau avec lequel les astronautes voyageront vers la Lune, est prêt au lancement, annonce la Nasa sur son site Internet. La fusée SLS, elle, subit ses derniers essais. L’étage principal doit passer cet automne un dernier test critique de résistance à la chaleur.

Artémis 1, Artémis 2 et Artémis 3

Selon le calendrier établit par la Nasa, SLS et Orion effectueront deux vols tests autour de la Lune dans les trois prochaine années. En 2021, Artemis 1 n’emportera pas d’astronautes. Artémis 2, conduite par un équipage, devrait s’envoler en 2023. C’est au cours d’Artémis 3, planifiée l’année suivante, que des astronautes dont une femme — la première sur la Lune — doivent se poser sur notre satellite. Coût de l'ambiteux programme : environ 35 milliards de dollars.

L’agence spatiale américaine donne aussi des détails sur le déroulé d’Artémis 2. Une fois Orion séparé de l’étage cryogénique, l’équipage devra le piloter manuellement. But de la manœuvre : s’assurer des performances du vaisseau en matière de rendez-vous, d’amarrage et de désamarrage. Des étapes critiques pour le succès d’Artémis 3.

D’ici 2024, entre ces missions de démonstration, la Nasa enverra aussi de nombreuses petites missions robots vers la Lune, en collaboration avec ses partenaires privés, et à raison de deux chaque année à partir de 2021.

Sept jours sur la Lune

Après le lancement avec la SLS, les astronautes d’Artémis 3 voyageront vers la Lune à bord d’Orion avant d’être placés sur orbite lunaire. De là, ils embarqueront sur l’un des modules atterrisseurs développés par des partenaires privés (Blue Origin, Dynetics et Space X). Pour l’heure, la Nasa prévoit de faire atterrir son équipage près du pôle Sud.

Équipés de scaphandres bien plus souples que ceux d’Apollo, les astronautes d’Artemis 3 collecteront des échantillons et mèneront une série d’expériences scientifiques durant sept jours. Après ce séjour, ils utiliseront l’atterrisseur pour retourner sur orbite, avant de revenir vers la Terre.

Alors que cette option avait récemment été exclue, la Nasa évoque une étape possible par la station Gateway, avant le débarquement sur la Lune. Toujours sur son site Internet, elle assure que “le travail sur la station progresse rapidement” et que “les deux premiers composants (les modules de propulsion, d’habitation et de logistique) seront lancés en 2023”. Si ce n’est pour Artémis 3, Gateway serait prête pour les missions Artémis 4 et les suivantes, avance prudemment l'agence.

Sur un équipage de quatre astronautes, deux séjourneraient à bord tandis que deux autres évolueraient sur la Lune. Au fil des missions, la station serait enrichie de plusieurs modules, permettant à la Nasa et à ses partenaires de conduire des missions de plus longue durée à la surface de la Lune. 

 

Actuellement disponible en kiosque ou sur notre boutique

le Ciel & espace d’octobre-novembre 2020

et notre nouveau hors-série sur l’Univers

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte de deux trous noirs supermassifs sur le point de fusionner

    Pour la première fois, une image prise avec le télescope spatial James Webb montre deux trous noirs supermassifs très proches l’un de l’autre. La scène, qui se déroule à des milliards d’années-lumière, donne un indice sur le processus de formation des trous noirs qui occupent le centre de nombreuses galaxies.

  • Problème de propulsion pour Bepi-Colombo en route vers Mercure

    La sonde européenne en route vers Mercure fait face à un souci : ses propulseurs ioniques ne fonctionnent plus à pleine puissance. L’Agence spatiale européenne tente de déterminer l’origine du problème qui, pour l’heure, ne devrait pas menacer le prochain survol de la première planète du Système solaire.

  • Les trous noirs sont en une du Ciel & espace 595, en kiosque le 15 mai

    Au sommaire du magazine Ciel & espace de juin-juillet 2024 : les trous noirs tout proches de nous ; la bataille des géants entre l’ELT européen et le TMT américain ; l’abbé Lacaille, l’explorateur du ciel austral ; le test de la lunette Askar FRA400…