Le télescope James Webb produit une première image avec son miroir de 6,5 m

Le JWST a pointé une étoile de la constellation du Dragon. Crédit : Nasa/STScI
Le 16 mars 2022, la Nasa a dévoilé la première image réalisée par le James Webb Space Telescope depuis l’alignement des segments de son grand miroir. Le JWST fonctionne désormais véritablement comme un télescope de 6,5 m de diamètre.

Elle est loin d’être parfaite, elle est monochrome, mais elle devrait rester comme la première image produite par le James Webb Space Telescope (JWST). La première, en tout cas, réalisée avec le plein diamètre de son miroir de 6,5 m. On y voit l’étoile 2MASS J17554042+6551277, un astre de magnitude 11 situé dans la constellation du Dragon, et surtout d’innombrables galaxies à l’arrière-plan. Comme un avant-goût de ce dont sera capable le géant lorsque les réglages de ses instruments seront terminés.

Une étoile vue dans l’infrarouge

L’image a été réalisée avec l’instrument NIRCam (Near Infrared Camera, pour « caméra dans l’infrarouge proche »). « Elle est en fausses couleurs, car l’œil humain est incapable de discerner le rayonnement infrarouge, dans lequel l’étoile a été photographiée », explique Pierre-Olivier Lagage, astrophysicien du CEA et coconcepteur de MIRI, un autre instrument du Webb.

Elle marque surtout une étape cruciale, « la conclusion du processus d’alignement de tous les segments du miroir primaire du JWST », commente Aurélien Le Bail, doctorant au CEA et membre de la commission Cosmic Evolution Early Release Science Survey (CEERS), affiliée au JWST.

Zoom autour de l'étoile 2MASS J17554042+6551277. © Nasa/STScI

En février 2022, huit semaines après son lancement, le Webb nous avait déjà gratifié d’une image. Mais il s’agissait de l’addition d’images individuelles produites par les 18 segments hexagonaux qui composent son grand miroir. Ceux-ci n’étaient pas encore alignés (« phasés ») pour se comporter comme un unique grand réflecteur de 6,5 m de diamètre. Et donc, la finesse de l’image produite, en particulier, était loin d’être celle attendue pour le Webb.

Les premières observations prévues en juin

Cette fois, comme en témoignent les détails déjà visibles dans les galaxies d’arrière-plan, les réglages du Webb touchent au but. « Il y aura d’autres optimisations concernant les instruments du JWST, pour le spectrographe NIRSpec et la caméra infrarouge Miri, mais le James Webb est dans les temps. Le planning est respecté ! » se félicite Pierre-Olivier Lagage.

Les premières observations à portées scientifiques devraient débuter en juin 2022, et être présentées au cours des premières semaines du mois de juillet 2022.

 

Disponible sur notre boutique web et en kiosque (où nous trouver ?)

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • La liste des 722 villes et villages étoilés de France devrait bientôt s’allonger

    L’ANPCEN, association qui milite pour la protection du ciel nocturne, a lancé en juin l’édition 2024 de son concours « villes et villages étoilés ». 722 communes ont déjà obtenu ce label par le passé. Nous en publions la liste intégrale, retrouvez-les sur notre carte !

  • Destruction en vol d’une Falcon 9 de SpaceX : quelles conséquences ?

    Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le deuxième étage de la fusée Falcon 9 s’est endommagé juste avant la mise sur orbite de ses satellites. Ce premier échec depuis 2016 n’est pas sans répercussion sur un calendrier chargé de lancements, parmi lesquels des vols habités prévus dès cet été.

  • To the Moon, le film qui ne choisit pas

    L’État américain aurait imposé à la Nasa de tourner en studio les premiers pas sur la Lune de Neil Armstrong, pour que la victoire par l’image sur les Russes soit totale. Tel est le propos de « To the Moon », qui sort dans les cinémas en France le 10 juillet ; un film présenté comme une comédie, mais qui oscille entre plusieurs genres sans jamais choisir.