Le Soleil fait fissurer l’astéroïde Bennu !

Les images à haute résolution de la sonde Osiris-Rex révèlent de nombreuses fissures sur les roches à la surface de l’astéroïde Bennu. Le résultat de gros écarts de température entre le jour et la nuit.

Bennu se craquelle, et c’est le Soleil le responsable. Le phénomène, appelé fracturation thermique, a été détecté sur l’astéroïde grâce aux images de la sonde de la Nasa Osiris-Rex. «  C’est la première fois que l’on observe des preuves de ce phénomène sur un objet sans atmosphère », affirme Jamie Molaro, chercheuse à l’Institut des sciences planétaires de Tuscon et auteure de l’étude qui recense la découverte publiée dans Nature Communication ce mardi 9 juin.

L’astéroïde Bennu, d’après les images de la sonde Osiris-Rex. © Nasa

Les rochers de Bennu (dont certains sont gros) se fissurent à mesure qu’ils subissent de violents changements de température. La journée, le Soleil chauffe le sol de l’astéroïde à plus de 120°C, et lorsque la nuit tombe, la température chute jusqu’à parfois -70°C. Ces variations de grande amplitude causent une tension dans la roche qui se dilate au Soleil et se rétracte la nuit, ce qui forme des fissures qui augmentent lentement avec le temps.

Les scientifiques soupçonnaient déjà l'existence de ce processus d’usure sur les objets sans air comme Bennu à cause des changements de température qu’ils subissent. Mais avant qu’Osiris-Rex ne se rapproche suffisamment de Bennu, entre 1 et 5 km, les images n’étaient assez précises pour confirmer l’existence du processus. La sonde américaine a obtenu des photos sur lesquelles les plus petits détails visibles (les pixels) s’échelonnent de 0,9 à 6,3 cm.

 

Les images haute résolution de la sonde américaine révèlent de fines fractures dans les roches de Bennu. © Nasa

Si la découverte confirme les hypothèses des scientifiques, elle leur complique aussi un peu les choses. Estimer l’âge d’un astre qui subit ce processus devient difficile, car la rapidité du phénomène dépend de multiples facteurs, tels la distance de l’objet au Soleil, la longueur de ses journées, ou encore la composition et la structure de ses roches.

Dater la surface d'un astre

Pour dater une surface planétaire, les astronomes se fondent sur son usure causée par d’autres processus tels que la pluie, l’activité chimique, l’activité sismique ou la collision avec des météorites. Mais Bennu, avec ses 500 m de diamètre et son absence d’atmosphère, ne s’use que par la fracturation thermique.

Il existe bien des cratères d’impact à sa surface. Mais les fissures responsables de l’érosion du sol et des roches ne sont pas reliées à ces événements. L’usure semble provenir exclusivement des changements de température sur le petit corps céleste. De là, l’équipe de chercheurs observe un phénomène d'exfoliation : de minces couches de 1 à 10 cm s’écaillent des roches.

Après avoir surpris l’éjection de particules depuis la surface de Bennu, Osiris-Rex a donc permis d’identifier un mode d’érosion efficace et pour le moins inattendu.

 

À lire aussi de Bennu et de la mission Osiris-Rex :

Podcast : D’où les astéroïdes Ryugu et Bennu tirent-ils leur forme étrange ?

Hayabusa 2, Osiris-Rex : Des poussières d’astéroïdes très attendues

Patrick Michel : « Osiris-Rex vise une récolte inédite d'échantillons d'astéroïde »

 

À découvrir en kiosque ou sur notre boutique web

Notre hors-série Les astéroïdes, créateurs et destructeurs de mondes

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Au télescope, observez Valles Marineris sur la planète Mars !

    La planète Mars est maintenant au plus près de la Terre. Cette configuration exceptionnelle va durer pendant tout le mois d’octobre. Alors profitez-en pour l’observer au télescope. Même un instrument de diamètre relativement modeste permet de voir de beaux détails.

  • Des doutes sur la découverte de phosphine dans les nuages de Vénus

    De la phosphine a-t-elle vraiment été détectée sur Vénus ? Tandis que certains astrophysiciens débattent de son hypothétique origine biologique, d’autres — qui se sont penchés en détail sur les données — doutent carrément de sa présence. Le survol de Vénus par la sonde Bepi-Colombo, le 15 octobre 2020, peut-il trancher le débat ?

  • Retour sur la Lune en 2024 : la Nasa précise son calendrier

    La Nasa entend poser à nouveau des hommes sur la Lune, et pour la première fois une femme, à l’horizon 2024. L’agence américaine vient de dévoiler le rétroplanning de son ambitieux programme, nommé Artémis