J’observe le ciel à ma fenêtre (5) : Vénus passe devant les Pléiades

En cette période de confinement, si vous avez la chance de voir le ciel vers l’ouest, ne manquez pas le passage de l’étoile du Berger (Vénus), devant l’amas ouvert des Pléiades.

Du 2 au 4 avril 2020, la planète Vénus passe devant l’amas ouvert des Pléiades. L’étoile du Berger est actuellement très bien visible dans le ciel du soir. Elle est à chercher vers l’ouest en tout début de nuit. Vous ne pouvez pas la manquer : c’est de loin l’astre le plus brillant du ciel en dehors de la Lune. Quant aux Pléiades, ce groupe de jeunes étoiles nées ensemble, est le plus bel amas du ciel visible à l’œil nu. Sans instrument, on peut distinguer sept de ses étoiles. Mais dès que l’on pointe des jumelles ou un télescope vers lui, c’est une véritable plongée dans les étoiles, elles se montrent par dizaines.

Le ciel en perspective

La présence de Vénus à l’avant-plan des Pléiades donne un effet de perspective étonnant. Vénus se trouve relativement proche de nous, à 107 millions de kilomètres. La lumière met 6 minutes pour parcourir cette distance, alors qu’il faut 444 ans à la lumière des Pléiades pour arriver jusqu’à nous ! Cette distance est relativisée car, à l’échelle de notre galaxie, la Voie lactée (100 000 années-lumière de diamètre), il s’agit de notre environnement proche.

Cherchez le Taureau

Si vous ne connaissez pas encore le ciel, profitez de la présence de ces deux astres pour chercher l’étoile Aldébaran sur leur gauche. Aldébaran est l’étoile principale de la constellation du Taureau. On trouve juste en dessous d’elle l’amas d’étoiles des Hyades. Il est moins esthétique que les Pléiades mais il a le mérite de se montrer facilement à l’œil nu. Là encore, il est souhaitable d’utiliser des jumelles pour décupler le nombre d’étoiles visibles.

Découvrez les autres constellations

Une fois que vous avec localisé la constellation du Taureau, vous pouvez naviguer de proche en proche pour découvrir les autres constellations du ciel. Dans cette période de confinement, apprendre les constellations est un excellent moyen de passer le temps et d’éloigner les enfants des écrans. Pour avoir une carte du ciel complète du ciel de saison, nous vous invitons à consulter les éphémérides dans le numéro 570 de Ciel & espace. Il est également disponible en kiosques qui, en majorité, restent ouverts pendant le confinement. Ils ont bien besoin de notre soutien !

Cherchez la station spatiale Internationale

Quitte à être dehors en début de nuit, profitez-en pour surveiller les passages de la Sation spatiale internationale (ISS). Son horaire de visibilité varie légèrement en fonction de votre lieu d’observation. Pour Paris par exemple, le 3 avril 2020, elle passe 2 fois, à 22 h puis 23 h 38 (heure d’été). À 22 h, elle se montre vers l’ouest-nord-ouest, puis file vers le sud-est après avoir culminé à 59°. À 23 h 38, elle apparaît vers l’ouest-sud-ouest et survole l’horizon à une dizaine de degrés avant de disparaître au sud-ouest.

Pour avoir des prévisions personnalisées, rendez-vous sur les sites Heavens Above, Calsky ou encore téléchargez l’appli ISS Detector (Android). Ce faisant, vous risquez également d’épingler des satellites Starlink, bien plus envahissants. Leur prévision de visibilité sont également disponibles sur Heavens Above. Les satellites Starlink font d’ailleurs l’objet d'une enquête dans le n°570 de Ciel & espace.

Retrouvez nos autres conseils d’observation en ce début de printemps :

Disponible en kiosque et en version numérique sur notre boutique web

le magazine Ciel & espace n°570, d’avril-mai 2020

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.