Échec de la mission Hakuto au moment d’atterrir sur la Lune

Supervisé par la société japonaise Ispace, l’atterrisseur lunaire Hakuto-R ne donne plus signe de vie depuis qu’il a atteint la Lune, le 25 avril 2023. Le petit rover émirati à son bord n’aura pas l’opportunité d’explorer la surface de notre satellite.

Rallier la Lune demeure une affaire complexe. Il était 18h41 en France le 25 avril 2023, lorsque l’atterrisseur japonais Hakuto-R a touché le sol de notre satellite naturel. Mais passé cet horaire, le centre de communication de la société privée Ispace n’a plus reçu aucun signal en provenance de la sonde spatiale. Trente minutes supplémentaires pour établir un contact n’ont pas suffi. « Nous ne sommes pas en mesure de confirmer avoir atterri avec succès […] et devons partir du principe que nous ne sommes pas parvenu à accomplir l’atterrissage lunaire », a déclaré Takeshi Hakamada, fondateur et directeur d’Ispace, sans préciser l’ampleur du potentiel crash.

Takeshi Hakamada, fondateur et directeur d’Ispace, et ses équipes. © Ispace

Derniers instants de la mission Hakuto-R

« Nos ingénieurs continuent d’enquêter pour savoir ce qui s’est passé », a promis le Takeshi Hakamada. Dans les dernières minutes d’une séquence automatique de descente entamée une heure plus tôt, l'engin répondait pourtant présent et transmettait ses données télémétriques. Bien orienté en position verticale à 1 minute du toucher au sol, le vaisseau indiquait une altitude de 740 m pour une vitesse de 126 km/h. Ces deux paramètres ont semblé ensuite continuer de s'approcher de zéro.

Artemis : Comment la Nasa veut reconquérir la Lune

Nouveau hors-série disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Le programme lunaire Artemis. Hors-série Ciel & espace n°45. © C&E 2023

Rover lunaire gâché

Conçu pour poser 30 kg à la surface de la Lune, l’atterrisseur fabriqué par ArianeGroup avoisinait une tonne au décollage, et 340 kg sans aucun carburant. Il transportait un petit rover conçu par les Émirats arabes unis. Surnommé « Rashid », d’après le cheikh Rashid ben Saïd Al Maktoum, premier émir de Dubaï, l’astromobile de 10 kg à peine devait explorer le cratère Atlas pendant une dizaine de jours, avant que la nuit lunaire ne vienne clore sa mission. Il n’aura pas l’occasion de faire tourner ses roues. À son bord, les trois caméras françaises CASPEX fournies par le Cnes, en couleur et full HD, ne pourront pas non plus photographier la Lune. Pas plus gros qu’une orange, un second rover Sora-Q devait tenter de progresser en roulant sur le sol.

La tache sombre à la surface de la Terre est l’ombre de la Lune lors de l'éclipse totale du 20 avril 2023. Au premier plan, la surface de la Lune alors alignée avec la Terre et le Soleil.

Lancée vers la Lune le 11 décembre 2022, tandis qu’en revenait la mission Artemis 1, Hakuto-R a lentement voyagé en direction de notre satellite. Une fois sur orbite à 100 km d’altitude, la sonde spatiale nous a gratifiés d’un joli lever de Terre, en plein pendant l’éclipse totale de Soleil survenue sur la côte ouest de l’Australie le 20 avril 2023.

Série d’échecs

Rescapée du concours Lunar X Prize, la société Ispace devait en outre démontrer la capacité d’une société financée sur fonds privés à atteindre la Lune. En 2024 puis 2025, l’entreprise projette d’y envoyer deux autres atterrisseurs. Avec à son bord une expérience de la Nasa, le second compte dans le programme CLPS (Commercial Lunar Payload Services) de l’agence spatiale américaine, qui épaule financièrement des sociétés privées pour l’envoi d’atterrisseurs lunaires en marge de son programme Artemis. Pour l’heure, l’atterrisseur japonais Hakuto-R rejoint la sonde Beresheet de la société israélienne SpaceIL, et l’atterrisseur de la mission indienne Chandrayaan 2 parmi les récentes missions échouées sur la Lune. Seuls les États-Unis, l’URSS et la Chine s'y sont posés en douceur.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.