Blue Origin construira l’atterrisseur lunaire de la mission Artemis V

L'atterrisseur Blue Moon pendant la mission Artemis V. Crédit : Blue Origin
La Nasa a annoncé ce 19 mai 2023 qu’elle sélectionnait la compagnie Blue Origin pour construire l’atterrisseur lunaire de sa mission habitée Artemis 5. Un contrat à 3,4 milliards de dollars.

Jeff Bezos tient-il sa revanche sur Elon Musk ? Il peut en tout cas s’enorgueillir de faire désormais partie, lui aussi, de l’aventure lunaire. Le 19 mai 2023, la Nasa a attribué lla conception et la construction de l’atterrisseur d’Artemis 5, mission prévue en 2029, à la compagnie spatiale du fondateur d’Amazon.

Blue Origin, qui développe le lander Blue Moon, présenté pour la première fois en 2019, devra bien sûr démontrer la fiabilité de son engin avant d’amener un équipage de deux astronautes sur la Lune. Pour financer cette mission de démonstration ainsi que la mission habitée, Blue Origin reçoit 3,4 milliards de dollars.

Un taxi pour la Lune

En principe, Artemis 5 sera la troisième mission qui déposera des humains sur la Lune. Dans le scénario retenu, quatre astronautes décolleront de la Terre pour rejoindre la Gateway – la future station spatiale en orbite lunaire – grâce au vaisseau Orion, testé en novembre 2022. Deux d’entre eux entreront ensuite dans l’atterrisseur de Blue Origin, déjà amarré à la Gateway, pour se poser sur notre satellite. Ils y séjourneront une semaine.

Retour gagnant

Le 16 avril 2021, la Nasa avait choisi SpaceX pour réaliser l’atterrisseur de la mission Artemis 3, le tout premier alunissage humain depuis Apollo. Blue Origin, associé à la compagnie Dynetics, avait alors porté plainte contre l’agence spatiale américaine auprès du Government Accountability Office (l’équivalent américain de notre Cour des comptes), en dénonçant une concurrence faussée.

Un an et demi plus tard, le 15 novembre 2022, la Nasa annonçait avoir de nouveau sélectionné la compagnie d’Elon Musk pour l’atterrisseur de la mission Artemis 4.

Avec la sélection de Blue Origin pour Artemis 5, Jeff Bezos revient dans la course et la Nasa confirme son souhait, annoncé dès février 2021, de s’appuyer sur deux entreprises en compétition pour réussir son retour sur la Lune avant la Chine.

 

Le Ciel & espace n°589, juin-juillet 2023 avec un dossier consacré à l’énergie des étoiles

Hors-série Artemis : Comment la Nasa veut reconquérir la Lune

Deux numéros disponibles sur notre boutique web et en kiosque (où les trouver ?)

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.