La future station lunaire Gateway s’assemble en Italie

La future station lunaire Gateway. © Nasa
D’ici moins de cinq ans, la Deep Space Gateway doit accueillir les premiers équipages du programme Artemis pour des séjours d’environ un mois en orbite autour de la Lune. À Turin, les premiers éléments de la partie européenne ont été usinés… entre autres choses.
Si le retour des astronautes sur le sol sélène n’aura désormais pas lieu avant 2025, une partie du complexe orbital habité qui tournera autour de la Lune est en cours de réalisation en Europe. En effet, le futur de l’exploration spatiale humaine implique aussi le vieux continent ! C’est donc dans les installations piémontaises de Thales Alenia Space (TAS), au pied des montagnes, qu’a lieu la conception de certains éléments du prochain avant-poste humain dans l’espace. Jusqu’à quatre astronautes à bord La station lunaire Gateway ne sera pas aussi grande que l’actuelle station spatiale internationale (ISS), mais elle doit pouvoir accueillir jusqu’à quatre astronautes pour des séjours d’au moins un mois. C’est plus court que sur l’ISS, mais les équipages
Si le retour des astronautes sur le sol sélène n’aura désormais pas lieu avant 2025, une partie du complexe orbital habité qui tournera autour de la Lune est en cours de réalisation en Europe. En effet, le futur de l’exploration spatiale humaine implique aussi le vieux continent ! C’est donc dans les installations piémontaises de Thales Alenia Space (TAS), au pied des montagnes, qu’a lieu la conception de certains éléments du prochain avant-poste humain dans l’espace.

Jusqu’à quatre astronautes à bord La station lunaire Gateway ne sera pas aussi grande que l’actuelle station spatiale internationale (ISS), mais elle doit pouvoir accueillir jusqu’à quatre astronautes pour des séjours d’au moins un mois. C’est plus court que sur l’ISS, mais les équipages...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • L’astéroïde Dimorphos a été déformé par l’impact de la sonde Dart

    En 2022, la mission Dart entrait en collision avec l’astéroïde Dimorphos. Télescopes spatiaux et terrestres ont alors scruté les conséquences de l’impact sous toutes les coutures. Et les premières analyses viennent de tomber : Dimorphos est un agrégat de roche peu résistant. Une bonne nouvelle pour la défense planétaire.

  • Des étoiles mystérieuses se forment en bordure des galaxies

    De jeunes étoiles situées en périphérie des galaxies ont été découvertes en grand nombre grâce à l’observatoire spatial Galex. Leur présence étonne les astronomes, et ce, d’autant plus qu’ils n’étaient pas parvenus jusqu’ici à observer les nébuleuses dans lesquelles elles se sont formées.

  • Grand entretien avec Jean-Marc Bonnet-Bidaud : Les découvertes de demain se feront-elles en Chine ?

    Longtemps ignorée de l’Europe, l’apport technique de la Chine, nourrie de multiples innovations, pointe l’efficacité de ses méthodes et de son approche originale. En partant de l’astronomie, Jean-Marc Bonnet-Bidaud s’est intéressé à la science chinoise ancienne et à la pensée qui a présidé à son émergence.