Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

Crédit : X-ray (NASA/CXC/ESO/F.Vogt et al); Optical (ESO/VLT/MUSE & NASA/STScI)
L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

Cette image colorée intrigue les astronomes. Superposant le rayonnement X capté par le satellite Chandra (en bleu et en violet), la lumière visible observée par l'instrument MUSE du Very Large Telescope (en rouge vif) et des données récoltées par le télescope spatial Hubble (en vert et en rouge sombre), elle montre le reste de supernova 1E 0102.2-7219, dans le Petit Nuage de Magellan, comme personne ne l'avait vu avant.

Pourquoi l'onde de choc créée par l'explosion d'une étoile il y a 2000 ans (cercle bleu violet) n'est-elle pas centrée sur l'étoile à neutrons à laquelle le cataclysme a donné naissance (point bleu entouré d'un anneau rouge) ?

Les astronomes savent depuis des années que l'explosion d'une étoile se traduit parfois par une violente accélération — le cœur compacté de l'astre se trouve alors propulsé à des millions de kilomètres par heure ! Il existe plusieurs exemples d'étoiles à neutrons décentrées par rapport aux restes dispersés de leur supernova, comme par exemple N49 dans le Grand Nuage de Magellan.

Sauf qu'ici l'explication ne tient pas : l'anneau de gaz en rouge qui entoure l'étoile à neutrons prouve que l'astre se déplace lentement...

Serait-ce alors la vaste onde de choc qui se serait globalement déplacée ou déformée ? C'est la voie qu'explorent les astrophysiciens. Un fort vent de particules issu de l'étoile, soufflant pendant des dizaines de millénaires avant qu'elle n'explose, pourrait avoir creusé une cavité dans le gaz interstellaire. Lors de l'explosion, l'onde de choc aurait ensuite été naturellement « guidée » dans cette excavation. Ainsi, plutôt que d'être centré sur la position de l'astre quand il a explosé, le vaste cercle bleuté serait centré sur l'endroit où se trouvait l'étoile à l'époque où elle avait du souffle !

Il est à noter qu'aucune pulsation radio ou X n'est associée à l'étoile à neutrons. Ce qui signifie que l'astre compact possède un très faible champ magnétique. Seuls dix objets comparables ont été détectés à ce jour dans la Voie lactée. C'est le premier mis au jour dans une autre galaxie.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des aurores boréales illuminent la nuit de façon spectaculaire

    Le 10 mai, dès la fin du crépuscule, des aurores boréales ont été visibles de façon spectaculaire depuis toutes les régions de France. Profitant d'un ciel parfaitement dégagé, de nombreuses personnes ont pu les admirer pendant de longues minutes. Notre collaborateur Emmanuel Beaudoin a saisi le phénomène en photo depuis les bords de la Loire.

  • Zoom inédit dans la Tête de Cheval

    Le télescope spatial James Webb vient de réaliser l’image la plus détaillée à ce jour d’une portion de la nébuleuse de la Tête de Cheval, dans la constellation d’Orion.

  • Un petit haltère sous l’œil du télescope Hubble

    Pour fêter sa 34e année en orbite, le télescope Hubble a été pointé vers Messier 76, une nébuleuse planétaire aussi connue sous le nom de nébuleuse du Petit Haltère (Little Dumbbell Nebula), située à 3400 années-lumière de la Terre.