Une étrange étoile à neutrons dans le Petit Nuage de Magellan

Crédit : X-ray (NASA/CXC/ESO/F.Vogt et al); Optical (ESO/VLT/MUSE & NASA/STScI)
L'observation par le satellite X Chandra du reste de supernova E0102 révèle une étrange configuration : pourquoi cette vaste structure est-elle décentrée par rapport à l'étoile à neutrons née de l'explosion ?

Cette image colorée intrigue les astronomes. Superposant le rayonnement X capté par le satellite Chandra (en bleu et en violet), la lumière visible observée par l'instrument MUSE du Very Large Telescope (en rouge vif) et des données récoltées par le télescope spatial Hubble (en vert et en rouge sombre), elle montre le reste de supernova 1E 0102.2-7219, dans le Petit Nuage de Magellan, comme personne ne l'avait vu avant.

Pourquoi l'onde de choc créée par l'explosion d'une étoile il y a 2000 ans (cercle bleu violet) n'est-elle pas centrée sur l'étoile à neutrons à laquelle le cataclysme a donné naissance (point bleu entouré d'un anneau rouge) ?

Les astronomes savent depuis des années que l'explosion d'une étoile se traduit parfois par une violente accélération — le cœur compacté de l'astre se trouve alors propulsé à des millions de kilomètres par heure ! Il existe plusieurs exemples d'étoiles à neutrons décentrées par rapport aux restes dispersés de leur supernova, comme par exemple N49 dans le Grand Nuage de Magellan.

Sauf qu'ici l'explication ne tient pas : l'anneau de gaz en rouge qui entoure l'étoile à neutrons prouve que l'astre se déplace lentement...

Serait-ce alors la vaste onde de choc qui se serait globalement déplacée ou déformée ? C'est la voie qu'explorent les astrophysiciens. Un fort vent de particules issu de l'étoile, soufflant pendant des dizaines de millénaires avant qu'elle n'explose, pourrait avoir creusé une cavité dans le gaz interstellaire. Lors de l'explosion, l'onde de choc aurait ensuite été naturellement « guidée » dans cette excavation. Ainsi, plutôt que d'être centré sur la position de l'astre quand il a explosé, le vaste cercle bleuté serait centré sur l'endroit où se trouvait l'étoile à l'époque où elle avait du souffle !

Il est à noter qu'aucune pulsation radio ou X n'est associée à l'étoile à neutrons. Ce qui signifie que l'astre compact possède un très faible champ magnétique. Seuls dix objets comparables ont été détectés à ce jour dans la Voie lactée. C'est le premier mis au jour dans une autre galaxie.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le retour de la Grande Tache sombre de Neptune

    Cela faisait 30 ans que les astronomes attendaient le retour d’une Grande Tache sombre sur Neptune. Fin 2018, le télescope spatial Hubble a été le témoin de la réapparition de cette structure nuageuse sur la planète lointaine.

  • Le sismomètre d’Insight est prêt à sonder Mars

    Installé sur le sol de la planète rouge depuis le 19 décembre 2018, le sismomètre français de la mission Insight a reçu sa couverture thermique, prélude à ses premières mesures scientifiques.

  • En perdant son gaz, une galaxie commence son agonie

    La galaxie D100 est en train de perdre la matière qui aurait dû lui permettre de se régénérer en étoiles. Les télescopes Hubble et Subaru se sont unis pour mettre en évidence le phénomène.