Chandra explore une supernova désaxée

Le reste de supernova N49, photographié par Hubble et Chandra. Crédit : Nasa/CXC/STScI/UIUC/C&E Photos

Le satellite Chandra a tourné ses détecteurs à rayons X vers le reste de supernova N49, situé à 160000 années-lumière, dans la galaxie du Grand Nuage de Magellan. C’est ainsi que les astronomes ont pu découvrir une masse de gaz en train de s’échapper à 8 millions de km/h. Cet objet, matérialisé uniquement en rayons X sous la forme d’une petite tache bleue à droite de l’image, semble provenir de la plus puissante source d’énergie de la nébuleuse.

Cette source, très brillante en rayons X se trouve en bordure du reste de supernova. Selon les astronomes, il s’agit d’une étoile à neutrons créée lors de l’explosion, qui aurait pu être observée voici 5000 ans.

Le fait qu’une masse gazeuse soit éjectée à une plus grande vitesse que l’ensemble indique que l’explosion a été fortement asymétrique. Sa puissance n’était pas identique dans toutes les directions.

L’image publiée résulte de l’addition des données récoltées par Chandra (en bleu) et d’une photo prise par le télescope spatial Hubble (en jaune).

Philippe Henarejos, le 27 mai 2010.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des nuages noctiluques ont été vus au-dessus de Paris

    Il n’y a qu’un seul type de nuage apprécié des astronomes : les noctiluques. Bien que très rares, ils sont particulièrement bien visibles en ce moment au nord de la France. Celui-ci a été photographié le soir du 17 juin 2019 depuis Paris. Il s’agit du nuage bleuté au-dessus de l’horizon nord-est.

  • Un nouveau cratère martien s'expose en couleurs

    Un cratère martien récent a été photographié par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter. Le résultat de la collision se pare de nuances étonnantes.

  • Daphnis fait des vagues dans les anneaux de Saturne

    L’une des dernières images prises par la sonde Cassini révèle un phénomène étonnant : la propagation des vagues créées par un petit satellite au sein des anneaux de la planète Saturne.