Une cinquième réserve de ciel étoilé en France est officialisée dans le Vercors

Vue d'artiste. Crédits : DR
La Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) du Vercors prolonge la liste des territoires français récompensés pour la très bonne qualité leur ciel nocturne, et leur engagement pour sa protection face à la pollution lumineuse.

Lors de votre prochaine balade dans le massif du Vercors, vous pouvez dorénavant planter la tente dans l’enceinte d’une Réserve internationale de ciel étoilé (RICE). À 50 km à l’est de Valence et autant au sud de Grenoble, une surface de 1600 km² vient de se voir décerner ce label, par l’International DarkSky Association. C’est le cinquième territoire en France, et le 22e dans le monde, à être récompensé de la sorte par l’organisation étatsunienne qui, depuis 1988, milite pour la protection de l’environnement nocturne et du ciel étoilé, face à la pollution lumineuse engendrée par les lumières artificielles.

Le Ciel & espace 591 disponible sur notre boutique web et en kiosque (où le trouver ?)

Exoplanètes : ce que révèlera leur atmosphère

Ciel & espace n°591

Devenir une RICE est un gage de qualité extraordinaire de son ciel nocturne, et de l’engagement des communes voisines – au nombre de 39 dans le cas du Vercors – pour le préserver. Au centre de la réserve, une zone cœur (la plus sombre) s’étend sur 245 km², soit deux fois et demi la superficie de Paris. À cheval sur la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors, le plateau d’Abel et de Font d’Urle et le site Natura 2000 du rebord méridional du Vercors, ce périmètre comprend des coins où la luminosité du fond du ciel descend en deçà de 21,70 mag/arcsec². Cela signifie concrètement que plus de 3000 étoiles sont visibles à l’œil nu, et qu’en l’absence de Lune, la Voie lactée est spectaculaire.

La France en avance

La France est le deuxième pays européen au nombre de réserves étoilées, derrière le Royaume-Uni qui en compte sept : 5 en Angleterre et 2 au Pays de Galles. Outre les « Réserves » (22 dans le monde) qui désignent des zones sombres préservées d’une périphérie urbaine, la DarkSky Association décerne d’autres labels encore absents en France. Les « Parcs » de ciel sombre, publics ou privés (117 dans le monde, dont 86 aux États-Unis), où l’on éclaire de façon respectueuse et œuvre pour la sensibilisation du public. Ainsi que les « Sanctuaires » de ciel sombre (17 dans le monde), qui sont les zones les plus reculées, et souvent les plus sombres.

Evolution de la radiance satellite nocturne entre 2014 et 2021 © DarkSkyLab

En juillet 2022, dans son numéro 584, Ciel & espace révélait que 27% des communes françaises de plus de 100 habitants pratiquent une forme d’extinction de leur éclairage la nuit, sur la base des travaux du bureau d’études DarkSkyLab. Une pratique de plus en plus courante dans le pays, qui permet de surcroit des économies d’énergie. En témoigne cette comparaison des lumières artificielles mesurées depuis l’espace en 2014 et 2021. Partout en dehors de la France et de la Grande-Bretagne, la quantité de lumière est en hausse.

Premier congrès au Pic du Midi

Les quatre autres Réserves Internationales de Ciel Étoilé en France sont le parc naturel de Millevaches en Limousin (depuis 2021), la réserve Alpes Azur Mercantour (2019), le parc national des Cévennes (2018) et la réserve du Pic du Midi (2013). C’est à l’observatoire du même nom que s’est tenu du 27 au 29 septembre 2023, le premier congrès des Réserves de ciel étoilé. D’autres territoires comme la Corse et le Morvan ont entamé les démarches pour obtenir la labélisation RICE.

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.