Mission Insight : la taupe martienne en difficulté

L’instrument HP3 apparaît à droite, sur le sol. © DLR
Le “thermomètre” de la sonde martienne Insight est à l’arrêt. L’instrument HP3 a peut-être heurté une roche. Il devait mesurer les flux de chaleur dans le sol de la planète rouge.

Il devait creuser le sol de Mars jusqu’à 5 m de profondeur. Il a été contraint de s’arrêter à 30 cm. L’instrument HP3 (Heat Flow and Physical Properties Package) de la sonde Insight et surnommé « la taupe » (« the mole » en anglais) est en effet à l’arrêt. 

Dix centimètres en 3 heures

Conçu, tel un gros thermomètre, pour forer le sol martien afin de mesurer les flux de chaleur internes, il avait été mis en marche le 28 février 2019. Pour ce premier jour de fonctionnement, il devait atteindre 70 cm. Au bout de cinq minutes, il avait foré 18 cm, ce qui témoignait d’un bon taux de pénétration. Mais très vite, l’engin s’est grippé : durant les 3 heures suivantes, il n’a foré qu’environ 10 cm supplémentaires. 

HP3 en fonctionnement. © Nasa/JPL-Caltech

La foreuse inclinée de 15°

Sur le blog du DLR, l’agence spatiale allemande, Tilman Spohn, le responsable de l’instrument, révèle que, d’après les données collectées, « la foreuse est inclinée de 15°, ce qui suggère qu’après les cinq premières minutes, elle a heurté un obstacle, de la roche ou une couche de gravier ».

L’aspect lisse de la surface où s’est posée InSight en novembre 2018 laissait pourtant espérer que le sous-sol serait pauvre en cailloux. Par ailleurs, durant les nombreux tests menés au sol, l’engin avait su forer même dans les graviers. « Il est d’ailleurs possible qu’HP3 ait réussi à franchir cet obstacle, mais la foreuse est toujours inclinée ». Ce qui peut gêner sa progression. 

Deux semaines d’arrêt 

Par précaution, l’équipe a décidé de stopper le forage au moins pendant deux semaines, le temps d’analyser la situation et de trouver une solution.  

La sonde Insight a été conçue pour étudier la structure interne de la planète rouge. Après le déploiement réussi du sismomètre SEIS, HP3 doit mesurer la chaleur interne de la planète rouge, notamment celle émise par la décroissance radioactive des matériaux dont elle est constituée. 

La vidéo ci-dessous présente le fonctionnement de l’instrument HP3.

 

En kiosque le 15 mars, le Ciel & espace n°564, est dès maintenant disponible sur notre boutique.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.