Le télescope James Webb a commencé à déployer son bouclier thermique

Vue d’artiste : © Nasa
En quelques heures, entre le 28 et le 29 décembre, le JWST a étiré les bras avant et arrière qui maintiennent son bouclier thermique. Reste à dérouler et à étendre cette protection indispensable aux observations.

Tout continue à bien se passer pour le télescope spatial James Webb qui a été lancé le 25 décembre par une fusée européenne Ariane 5. Alors qu'il vogue au-delà de l'orbite de la Lune, en direction du point de Lagrange L2, l'engin de plus de 6 tonnes a passé une nouvelle étape cruciale vers sa mise en service : il a déployé les bras qui supporteront son bouclier thermique.

Un lent déploiement du pare-soleil

Les opérations ont commencé le 28 décembre par l'ouverture des bras situés à l'avant du miroir principal après 15 h, heure de Paris. La confirmation de leur bon déploiement est arrivée à 19 h 21. Aussitôt, les responsables du télescope Webb ont lancé les opérations similaires pour les bras de la partie située derrière le miroir principal. Leur mise en place a pris seulement 18 minutes, mais d'autres manœuvres (contrôle des températures, chauffage de certains éléments et verrouillage des bras) étaient nécessaires, si bien que le plein déploiement a été confirmé à 1 h 27 ce 29 décembre 2021. Le télescope a donc actuellement l'aspect qui est visible sur l'image de synthèse présentée en tête de cet article.

Découvrez notre série de podcasts consacrés au télescope Webb

Il manque encore à dérouler les protections thermiques à partir de ces bras rigides. Elles consistent en cinq couches extrafines (comme du papier aluminium) parallèles qui vont s'étendre de part et d'autres des bras. Cette structure est d’une longueur équivalant à celle d’un terrain de tennis, soit environ 24 m. Sa mise en place complète durera au moins jusqu’au 2 janvier 2022. À suivre...

Mise à jour du 30 décembre 2021

Dans la nuit du 29 au 30 décembre, la tour sur laquelle le miroir primaire du télescope est fixé a été déployée avec succès. Le JWST, qui a bénéficié d'une trajectoire initiale quasiment parfaite grâce à la précision d'Ariane 5 (ce qui va se traduire par une durée de vie allongée), poursuit ses opérations de mise en place de son pare-soleil sans problème jusqu'ici.

 

En kiosque actuellement ou sur notre boutique web : le Ciel & espace n°580

Avec son dossier spécial consacré au télescope Webb

Ciel & espace 580, dossier spécial télescope Webb, avec le Calendrier astro 2022

 

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Avec Desi, une nouvelle fissure ouverte en cosmologie ?

    La première année d’observation du relevé céleste Desi suggère que l’énergie noire, qui accélère l’expansion de l’univers, pourrait avoir varié dans le temps. Un résultat qui défie notre compréhension de l’évolution cosmique et qui suscite tour à tour prudence, enthousiasme et curiosité chez les spécialistes.

  • Kamo’oalewa, l’astéroïde cible de la sonde Tianwen 2, est bien un morceau de Lune

    Le petit corps céleste qui gravite sur une orbite très voisine de celle de la Terre semble avoir la Lune pour origine. Outre sa composition, des simulations de trajectoire militent en ce sens. Un cratère est même suspecté : Giordano Bruno.

  • Expansion de l’Univers : la tension s’accroit sur la constante de Hubble

    L’Univers est en expansion. Soit. Mais à quelle vitesse ? Selon la méthode utilisée, ce taux d’expansion, ou constante de Hubble, varie. Et les mesures les plus récentes viennent encore confirmer cette tension. Au point que des cosmologistes mettent en cause les modèles théoriques les mieux établis.