Le lanceur européen Vega réussit son retour en vol

Crédit : ESA
Après son premier échec, en juillet 2019, le petit lanceur à poudre Vega, de l’Agence spatiale européenne (ESA) a parfaitement accompli sa mission en plaçant sur orbite 53 microsatellites.

Le seizième lancement d’une fusée Vega est un succès. Ce 3 septembre 2020, à 3 h 51 (heure légale française), le petit lanceur à poudre entré en service en 2012 a décollé du Centre spatial guyanais et a réalisé un sans-faute. Ce lancement était attendu car il fait suite au premier échec de ce type de lanceur survenu le 11 juillet 2019. Ce jour-là, le premier étage avait bien fonctionné, mais un peu plus de deux minutes après le décollage, 14 secondes après l’allumage du deuxième étage, une défaillance de l’enveloppe supérieure de ce dernier avait conduit à la destruction de l’engin.

Des microsatellites lancés simultanément

Cette fois, Vega a fonctionné sans faiblesse de bout en bout. Ce vol était aussi l’occasion de tester une nouvelle plateforme, située dans la coiffe, permettant de lancer simultanément plusieurs petits satellites dont les masses s’échelonnent de 1 à 500 kg. Le dispositif, appelé SSMS (Small spacecraft mission service), doit permettre de répartir les coûts de chaque lancement entre les différents clients qui ont des satellites à bord.

Pour la circonstance, la 16e fusée Vega emportait 46 cubesats et sept petits satellites (de 15 à 150 kg). Tous ces « passagers » représentant une masse totale de 756 kg, ont rejoint leur orbite comme prévu.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le télescope Hubble détaille la nouvelle grande tempête de Jupiter

    La Grande Tache Rouge, la petite tache rouge, mais également, la grande tempête blanche sont toutes sur une photo exceptionnelle prise avec le télescope spatial Hubble le 25 août 2020.

  • Planète en feu

    Les incendies de forêts qui ravagent la côte ouest des Etats-Unis sont visibles depuis très loin dans l’espace. Les satellites permettent de prendre la mesure de la catastrophe.

  • Le télescope spatial Hubble zoome sur la comète NEOWISE

    Alors qu’elle s’éloignait de la Terre et du Soleil, la comète NEOWISE était encore très active. Les astronomes en ont profité pour la photographier avec le télescope Hubble, révélant deux régions d’éjection de poussière.