Premier échec pour la fusée Vega

La fusée Vega au moment du décollage. Crédit : Arianespace
Le jeudi 11 juillet 2019, le lanceur Vega de l’ESA a connu une défaillance critique après deux minutes de vol. L’allumage du second étage aurait échoué, signant la perte de la mission et de son satellite d’observation terrestre Falcon Eye 1.

L’Agence spatiale européenne (ESA) vient d’essuyer un échec de son lanceur Vega. Le jeudi 11 juillet 2019, à 3h53 heure française, la fusée Vega commercialisée par Arianespace s’est élancée normalement depuis le pas de tir du centre spatial guyanais, à Kourou. Mais à peine deux minutes de vol plus tard, le lanceur léger a rencontré une défaillance majeure causant l’échec de sa mission et la perte du satellite d’observation terrestre Falcon Eye 1 des Émirats arabes unis.

C’est le premier échec du lanceur de quatre étages et 30 mètres de haut, en service depuis 2012. Les conditions étaient pourtant clémentes, après une date de lancement repoussée du 5 au 11 juillet pour cause de vents violents. C’est un échec préjudiciable pour les statistiques de fiabilité de ce lanceur car Vega n’a pas beaucoup volé — seulement 15 lancements. Pour comparaison, Ariane 5 n’a connu qu’un échec complet en phase commerciale sur un total de 101 lancements.

Mauvaise nouvelle également pour le système Falcon Eye des Émirats arabes unis. Initialement, un second satellite devait être mis sur orbite héliosynchrone d’ici fin 2019. Les Falcon Eye 1 et 2 étant censés fonctionner en duo, la perte du premier remet en question l’ensemble de ce système d’observation terrestre.

Sur la vidéo du lancement, on peut voir le moment de la séparation du premier étage à 53 km d’altitude, logiquement suivie de la mise à feu du second étage. À l’image, rien à part l’obscurité du ciel nocturne. Le second étage Zefiro-23 aurait rencontré un problème à l’allumage, provoquant une déviation de trajectoire du lanceur européen. Les analyses de données sont en cours, et une commission d’enquête indépendante devrait être dépêchée sur place dans les heures qui viennent.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le Système solaire posséderait un second plan orbital

    L’écliptique, le plan dans lequel tournent toutes les planètes, ne serait pas le seul plan orbital privilégié dans le Système solaire. Selon la Japonaise Arika Higuchi, les comètes à longue période migrent sur un autre plan, incliné à 120°. En cause : notre Galaxie.

  • Podcast : Les spectacles du ciel en octobre 2020

    Mars, la superstar du mois, sera au plus près de la Terre le 6 octobre. Pour ne pas rater cet événement qui promet les meilleurs conditions d'observation depuis 14 ans, suivez les conseils de nos chroniqueurs Cyril Birnbaum et Sébastien Fontaine. Vénus, Jupiter, Uranus et les Orionides sont aussi au programme de cette émission.

  • Podcast : Des orages d'ammoniaque sur Jupiter

    Il grêle de l’ammoniaque dans les nuages de Jupiter. Aussi étonnante puisse-t-elle paraître, c’est la conclusion d’une étude très sérieuse que vient de publier l’astrophysicien français Tristan Guillot. Plongez avec lui dans la fascinante atmosphère de la géante gazeuse !