Le film exceptionnel de l’atterrissage du rover Perseverance sur Mars

La poussière martienne soulevée par l’arrivée de Perseverance. © Nasa
Quatre jours après l’atterrissage de son rover Perseverance, la Nasa a dévoilé le film de la descente vers le sol de Mars. Des images exceptionnelles, avec en prime le premier enregistrement sonore jamais réalisé sur la planète rouge.

Ils ont beau avoir vu et revu les images pendant tout le week-end, les ingénieurs de la Nasa en ont encore la chair de poule, ce lundi 22 février 2021, au moment de dévoiler le film au public. Et pour cause, ces images-là sont extraordinaires. Quatre jours plus tôt, le rover Perseverance a parfaitement réussi son atterrissage sur la planète Mars. Une panoplie de six caméras a filmé les trois dernières minutes de la descente avant l’arrivée sur le sol du cratère Jezero.

Les caméras du bouclier arrière suivent l’ouverture du parachute. © Nasa
Les caméras du bouclier arrière suivent l’ouverture du parachute. L’alternance de bandes rouges et blanches coderaient la devise de la Nasa. © Nasa

À 2 minutes et 46 secondes de l’atterrissage, trois caméras fixées sur le bouclier arrière se sont d’abord allumées pour observer vers le haut l’ouverture du parachute, alors déployé par un tir de mortier à plus de 150 km/h. La corde s’est tendue en moins de 1 seconde, et la toile s’est déployée de manière symétrique. Si l’une des trois caméras s’est vite éteinte, une autre a pu enregistrer 75 images par seconde. L’unique caméra filmant la descente de Curiosity en août 2012 n’était capable que de 4 images par seconde.

Largage du bouclier

Quelques instants plus tard, le film montre la séparation du bouclier thermique, dont la masse est devenue superflue à ce stade de la descente. À ce moment précis, à une altitude de 9,5 km, une quatrième caméra fixée sur le bas de Perseverance s’est allumée. Elle révèle la face arrière du bouclier sur laquelle on distingue une partie de l’électronique à bord, les fils connecteurs en or, ainsi qu’un ressort qui s’est décroché en bas à droite.

Séparation du bouclier thermique de Perseverance. © Nasa
Séparation du bouclier thermique de Perseverance. © Nasa

Le bouclier thermique terminera sa course à 1,5 km du lieu d’atterrissage de Perseverance dans le cratère Jezero. La bordure ce dernier apparaît alors sur la droite de l’image sous la forme de dépôts de sédiments, tandis que la taille apparente des cratères en son sein grandit au fil de la descente.

À 1 minute du sol, une secousse témoigne du décrochage du bouclier arrière, auquel est attaché le parachute. Le rover réalise ensuite une manœuvre d’ouest en est, pour s’éloigner de la bordure de Jezero en direction d’une zone moins accidentée. La sonde peut alors conclure sa descente, freinée par les quatre paires de rétrofusées de son étage de descente, dont le souffle vient agiter le sable à la surface de Mars. À une altitude de 16 m, la Nasa a ordonné à la grue volante (ou sky crane) de déployer ses câbles. Deux caméras, l’une en plongée et l’autre en contre-plongée, ont filmé cette phase spectaculaire pendant laquelle on distingue le cordon ombilical permettant à Perseverance de communiquer avec la grue. Dans un nuage de poussière, les câbles de cette dernière sont coupés tandis que l’appareil exerce une ultime impulsion pour s’éloigner. Cette poussée finale rejettera l’étage de descente à 700 m de là.

Premiers sons martiens

Moins spectaculaire, mais non moins historique, Perseverance a, dans les heures qui ont suivi, enregistré le premier son capté sur Mars. Il est l’œuvre du microphone EDL (pour Entry, Descent, Landing) dont le but était d’écouter la phase de descente vers la planète. Souffrant d’interférences, le micro n’a pu remplir cet objectif, mais il est parvenu à transmettre un signal depuis le sol martien. On y entend le bruissement continu de Perseverance en fonctionnement, en plus de légères bourrasques soufflant à 18 km/h. Un second microphone conçu par les équipes de David Mimoun, à l’école d’ingénieurs ISAE/Supaero, livrera ses premiers enregistrements dans les prochaines heures.

Jusqu’à présent, seuls deux micros ont été envoyés vers Mars, mais aucun n’a fonctionné. Le premier à bord de l’atterrisseur Mars Polar Lander, qui s’est crashé en 1999. Le second à bord de la sonde Phoenix en 2008 n’avait finalement jamais été allumé pour cause de soucis techniques détectés quelques instants avant le décollage vers Mars.

Depuis un belvédère

Programmée pour survoler le cratère Jezero à l’instant fatidique, la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter a également photographié Perseverance. Saisi par la caméra HiRISE à 700 km de distance, on distingue le bouclier arrière protégeant le rover, encore accroché au parachute. Le lit de l’ancienne rivière ayant coulée il y a plus de 3 milliards d’années dans le cratère Jezero est visible à gauche de l’image.

À 700 km de distance, la sonde MRO a photographié Perseverance pendant sa descente vers le cratère Jezero. © Nasa

 

Actuellement en vente : le Ciel & espace 575

Dossier spécial La nouvelle Voie lactée, pour tout savoir de notre galaxie

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.