Sur Mars, Perseverance sait très précisément où il est

Crédit : Nasa
Grâce aux toutes premières images prises par le rover Perseverance et transmises peu après son atterrissage sur Mars, il est possible d'identifier les éléments de paysage déjà visibles. Ceci, grâce à des photos orbitales de la sonde MRO et à la connaissance exacte du lieu d'atterrissage.

Rapidement après son atterrissage réussi sur Mars le 18 février 2021, le rover Perseverance a été localisé précisément par la Nasa. Il a posé ses roues presque exactement au centre de son ellipse d'arrivée de 7,7 km de long sur 6,6 km de large. Dès la réception de ses premières images, prises par les caméras d’aide à la navigation situées sur son chassis, il a été possible d'apercevoir des reliefs sur l'horizon local. Il n’en fallait pas plus pour que des amateurs très pointus s'en emparent et identifient ce que l'on peut discerner.

Les reliefs du delta de Jezero

Par la caméra arrière gauche, on voit un beau panorama en direction du nord-ouest (l’horizon est arrondi en raison du grand angle déformant de l'objectif). Le rover tourne donc le dos à cette direction. Les premiers reliefs visibles sont constitués par la fin de l'ancien delta du fleuve Neretva, qui se jetait jadis dans le cratère Jezero, où se trouve Perseverance. Il s'agit vraisemblablement d'un empilement de sédiments charriés par les eaux à l'époque où celles-ci remplissaient le cratère, voici plus de 3,5 milliards d'années.

Tout cela a suffi à l'Anglais Stuart Atkinson pour retrouver les différents reliefs sur la photo orbitale de la région prise par Mars Reconnaissance Orbiter et qui sert de carte au rover. Sur son compte Twitter (@mars_stu), il a redressé et colorisé la photo de la caméra de Perseverance et annoté celle-ci de manière à s'y retrouver.

Les reliefs martiens situés en direction du nord-ouest, identifiés par Stuart Atkinson,
grâce à l'image orbitale de MRO (attention : le nord est à droite). Crédit : Stuart Atkinson/Nasa

L'escarpement principal, visible au centre de l'image et entouré de la grosse ellipse, se trouve à environ 1,7 km, une distance que Perseverance ne devrait avoir aucun mal à couvrir. Dans la direction opposée, l'une des caméras avant située sur le côté droit montre un terrain très plat, a priori favorable au déploiement du mini-hélicoptère Ingenuity, que Perseverance garde pour l'instant sous son ventre. L'engin doit en effet être déposé sur un sol aussi dépourvu de roches et d'obstacles que possible. Et il pourra alors tenter de s'envoler.

Vue depuis Perseverance en direction du sud-est, avant que le rover n'ait effectué le moindre tour de roue. © Nasa.

Sur les images du côté avant du rover, la ligne de crête sombre visible à l'horizon sur le bord droit correspond au rempart du cratère Jezero situé à moins d'une quinzaine de kilomètres à vol d'oiseau.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.