Perseverance s'est posé sur Mars et a envoyé ses premières images

Crédit : Nasa
Perseverance a réussi son atterrissage sur la planète rouge le 18 février 2021. Après 7 mois de voyage, le rover de la Nasa s’est posé comme prévu dans le cratère Jezero.

Perseverance a clos en beauté le ballet des arrivées de sondes martiennes. Après les vaiseaux émirati et chinois il y a quelques jours, le rover américain a réussi son atterrissage sur le sol de la planète rouge ce 18 février 2021, à 21 h 43 heure française, comme prévu. En raison de l'éloignement de Mars, la nouvelle n'est parvenue sur la Terre par signaux radio qu'à 21 h 55, avec un délai de 11 minutes et 22 secondes. Auparavant, la sonde, encore protégée dans ses boucliers, est entrée dans l'atmosphère martienne à 19000km/h. Après un intense freinage dans l’atmosphère qui a porté le bouclier thermique à 1300°C, le parachute s’est déployé et les rétrofusées ont pris le relais. Quelques minutes plus tard, le rover se posait sans encombre dans le cratère Jezero et envoyait immédiatement une première image de la surface.

Première image de la surface de Mars reçue sur Terre de la sonde Perseverance après son atterrissage. Crédit : Nasa.

Cette première image après l’atterrissage a été prise par l’une des caméras d’aide au pilotage (hazcam) à travers son capuchon de protection (ce qui explique le faible contraste). On y voit un sol plat avec quelques roches claires et une colline sur la droite (peut-être le bord du cratère Jezero).

Mise à jour du 19 février 2021 à 8 h : la Nasa a indiqué quelques heures après l'atterrissage le lieu exact de l'atterrissage. Celui-ci est situé dans la partie centrale de l'ellipse d'arrivée, sur un terrain très plat, bordé à l'ouest par un champ de dunes. Ce terrain se montre déjà favorable au déploiement du mini-hélicoptère Ingenuity. Le premier relief notable, constitué par les sédiments de l'ancien delta qui occupe une partie du cratère Jezero, se trouve à 1,7 km en direction du nord-ouest.

Paré pour l'exploration

Lancé le 30 juillet 2020, l’engin a parcouru 471 millions de kilomètres en 7 mois avant d’atteindre la planète rouge. Les chercheurs de différents groupes internationaux (Nasa, IRAP, ESA…) passeront les prochains jours à calibrer les différents modules de l’explorateur martien. Il devrait parcourir Jezero pour une durée minimale de 687 jours.

Selon les estimations de l’agence spatiale américaine, le cratère âgé de 3,5 milliards d’années serait le plus propice pour analyser l’habitabilité de la planète. Les différents instruments collecteront des informations sur le possible développement d’une vie microbienne il y a 4 milliards d’années. D’autres études seront menées, telles que le sondage de la croute martienne afin d’en déterminer la constitution, ou encore des relevés topographiques permettant la cartographie de la zone. Perseverance sera accompagné d’Ingenuity, premier drone à survoler la surface de Mars, qui servira à de courtes missions de reconnaissance.

Perseverance est le neuvième engin spatial à attreindre le sol de Mars en état de marche. Il succède à Viking 1 (20 juillet 1976), Viking 2 (3 septembre 1976), Mars Pathfinder (4 juillet 1997), Spirit (4 janvier 2004), Opportunity (25 janvier 2004), Phoenix (25 mai 2008), Curiosity (6 août 2012) et Insight (26 novembre 2018). Il est le cinquième rover. Il devrait être rejoint par le module de descente chinois de Tainwen 1 à partir du 28 mai 2021. Ce dernier transporte également un rover.

 

Pour en savoir plus sur l’exploration de Mars, découvrez notre dossier spécial du n°574

disponible sur notre boutique en ligne

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Les nuages noctiluques font leur retour au crépuscule

    En juin et juillet, les longs crépuscules d’été réservent souvent une surprise : l’apparition d’étonnants nuages luminescents dans un ciel déjà sombre. Ces formations spectaculaires semblent surtout survenir en période de minimum d’activité solaire, et chacun peut les observer. C'est sans doute la dernière année favorable à leur observation avant 10 ans, donc profitez-en !

  • L’Europe pourrait construire son propre vaisseau spatial

    Serait-il possible de voir des astronautes s’envoler dans l’espace depuis la Guyane au sommet d’une Ariane 6 ? Toute la technologie nécessaire est déjà au point, répond l’étude du CNES présentée le 16 juin 2021 au forum GLEX sur l’exploration spatiale, à Saint-Pétersbourg.

  • Des complications pendant la sortie dans l’espace de Thomas Pesquet

    Au terme de leur sortie dans l’espace, Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ne sont pas parvenus à déployer les panneaux solaires. Objectif manqué pour une mission qui a connu plusieurs couacs.