La comète ATLAS est-elle en train de se désintégrer ?

Entre le 2 et le 5 avril, le noyau de la comète Atlas s’allonge et perd en luminosité.
Des observations du 5 avril 2020 tendent à montrer que la comète ATLAS se désintègre. Dans ce cas, elle ne deviendrait pas visible à l’œil nu, comme cela était attendu.

Deux astronomes, Quanzhi Ye de l’université du Maryland et Qicheng Zhang du Caltech, viennent de rapporter une possible désintégration du noyau de la comète Atlas (de son nom complet C/2019 Y4 Atlas). Si l’information se confirme, ce serait une très mauvaise nouvelle pour les observateurs. En effet, cette comète déjà visible aux jumelles et au télescope promettait de devenir visible à l’œil nu au cours des prochaines semaines. Si elle se désagrège, elle va tout simplement disparaître dans les prochains jours, privant astronomes amateurs et grand public d’un beau spectacle.

Un allongement du noyau

Les images des deux astronomes américains, prises le 5 avril 2020 avec un télescope de 60 cm de l’observatoire Xinjiang en Chine, montrent un allongement du noyau sur 3 secondes d’arc selon une orientation semblable à celle de la queue. Les astronomes soulignent que cette morphologie coïncide avec le déclin soudain de la production de poussières, comme cela arrive lorsqu’un noyau se rompt. Cette rupture pourrait par ailleurs expliquer des anomalies dans la trajectoire de la comète ces derniers jours.

Imprévisibles comètes

Attendons d’avoir des observations complémentaires, pour savoir si ce qu’ont observé les deux astronomes est juste, mais Atlas ne serait pas la première « grande comète » à faire pschitt ! Au contraire, la surprise vient souvent de comètes initialement calmes. Ces astres restent globalement imprévisibles, comme l'a montré ces derniers jours la fragmentation de la comète interstellaire Borisov

Nous vous recommandons les éphémérides de la semaine réalisées en collaboration avec Astronogeek, avec en bonus un code promo pour vous abonner à notre formule 100% web de Ciel et espace dans la description de la vidéo.

 

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.