L’éruption d’Eta de la Carène saisie par un astronome amateur

Crédit : Damian Peach/Chilescope
L’une des plus grosses étoiles de la Galaxie est entourée d’une nébuleuse en expansion. Maintes fois photographiée par le télescope Hubble, cette bulle de gaz qui résulte d’un événement violent observé en 1843, vient d’être détaillée par Damian Peach, astronome amateur britannique.

Cette image est une prouesse. Elle montre l’étoile Eta de la Carène (visible uniquement depuis l’hémisphère Sud) entourée de sa nébuleuse dans laquelle on discerne plusieurs lobes gazeux. Elle a été prise par l’astronome amateur Damian Peach grâce au télescope de 1 m de diamètre de Chilescope, installé à 20 km du Cerro Pachon, au Chili. Pour réussir son cliché, il n’a pas eu à se déplacer jusqu’au Chili car le télescope est pilotable à distance. Pour autant, saisir ce nuage de gaz de 18 secondes d’arc (approximativement le diamètre apparent de Saturne) noyé dans la lumière de l’une des plus grosses étoiles connues dans la Galaxie (plus de 100 fois la masse du Soleil) n’a pas été immédiat. Il explique : « C’était une image difficile à obtenir et j’ai fait à peu près quarante séances d’observation en variant les temps d’exposition pour capter à la fois la partie la plus interne de la nébuleuse, près de l’étoile, et les régions extérieures plus faibles. »

Le résultat est étonnant puisqu’il rappelle les photos du télescope spatial Hubble. Et il s’agit très certainement de l’une des images les plus détaillées de cet objet prises depuis le sol (le VLT en a obtenu une meilleure). Toutefois, Damian Peach est perfectionniste. Déjà connu pour ses photos détaillées de planètes, comme celle de Jupiter depuis le Pic du Midi, il considère que le ciel était un peu turbulent le 26 décembre, date de la prise de vue, et que le résultat aurait pu être meilleur avec des conditions optimales.

Une nébuleuse en expansion

Jusqu’en 1914, l’étoile Eta de la Carène, distante de 7500 années-lumière, apparaissait ponctuelle aux observateurs qui s’y intéressaient. Mais cette année-là, l’astronome Richard Thorburn Ayton Innes, qui la scrute avec une lunette de 460 mm installée au Cap, en Afrique du Sud, lui trouve un aspect bizarre. Trente ans plus tard, l’Argentin Enrique Gaviola réussit à photographier une nébuleuse tout autour de l’étoile. Comme sa forme évoque celle d’un bonhomme, il la nomme Homunculus, qui signifie « petit homme ».

En épluchant les observations qui ont été réalisées avant lui, Gaviola constate aussi que la nébuleuse s’étend de plus en plus. En fait, il vient de découvrir qu’Eta de la Carène a subi une spectaculaire explosion qui s’est traduite par un sursaut de luminosité remarqué dès décembre 1842 par Thomas McLear, astronome britannique installé au Cap. Et en mars 1843, elle atteint la magnitude – 0,7, ce qui en fait la deuxième étoile la plus brillante du ciel après Sirius.

La nébuleuse Homunculus est donc un nuage de gaz en expansion qui a été expulsé par l’explosion de 1843 (un phénomène visible sur des clichés de Hubble pris à des années d’intervalle), vraisemblablement liée à un passage au périastre d’une autre étoile en orbite autour de la géante et qui la frôle tous les 5,54 ans (prochain passage autour de 2020).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des nuages noctiluques ont été vus au-dessus de Paris

    Il n’y a qu’un seul type de nuage apprécié des astronomes : les noctiluques. Bien que très rares, ils sont particulièrement bien visibles en ce moment au nord de la France. Celui-ci a été photographié le soir du 17 juin 2019 depuis Paris. Il s’agit du nuage bleuté au-dessus de l’horizon nord-est.

  • Un nouveau cratère martien s'expose en couleurs

    Un cratère martien récent a été photographié par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter. Le résultat de la collision se pare de nuances étonnantes.

  • Daphnis fait des vagues dans les anneaux de Saturne

    L’une des dernières images prises par la sonde Cassini révèle un phénomène étonnant : la propagation des vagues créées par un petit satellite au sein des anneaux de la planète Saturne.