Deux astronautes enquêtent sur une fuite

Recherche de fuite autour du vaisseau Soyouz. Crédit : Nasa/ESA
Le 11 décembre 2018, les cosmonautes Oleg Kononenko et Sergey Prokopyev sont sortis en scaphandre dans l’espace pour inspecter le Soyouz MS-09 amarré à la Station spatiale internationale (ISS). But : observer de l’extérieur une mystérieuse fuite d’air détectée plus tôt sur le vaisseau.

L’image est saisissante. Elle a été prise depuis l’ISS par Alexander Gerst, astronaute de l’Agence spatiale européenne. Deux cosmonautes s’affairent dans le vide spatial autour du vaisseau russe Soyouz MS-09. L’un d’eux a entaillé les protections thermiques au couteau et aux ciseaux. Comme un chirurgien, il a relevé la « peau » extérieure du vaisseau pour tenter de trouver le trou qui avait été repéré le 29 août 2018 dans son compartiment orbital. Depuis, les spéculations sont allées bon train sur l’origine de cette fuite d’air, qui a été colmatée peu après sa découverte : s’agit-il de l’impact d’une micrométéorite ou d’un malheureux coup de perceuse ?

Un trou qui reste mystérieux

En arrivant en face du compartiment, les deux cosmonautes ne voient d’abord rien. Il faut que le centre de contrôle de la mission, à Houston, leur indique où chercher. Ce qui semble indiquer qu’aucun dommage n’était apparent sur le revêtement extérieur du Soyouz, excluant définitivement la thèse de la météorite.

C’est en découpant et en ouvrant les protections thermiques que Sergueï Prokopyev déclare enfin voir le trou. Le joint utilisé depuis l’intérieur pour colmater la fuite déborde comme une excroissance sombre. Puis il se ravise. C’est Houston qui lui assure que c’est bien le trou !

Les cosmonautes collectent un morceau de joint et divers échantillons autour de ce trou présumé. Ils prennent aussi des photos avant de rentrer dans l’ISS au terme de 7 h 45 dans l’espace.

Retour sur Terre le 20 décembre

Tout ce matériel doit revenir sur Terre le 20 décembre 2018 à bord de ce même Soyouz MS-09, qui transportera Serena Auñón-Chancellor (Nasa), Alexander Gerst (ESA) et Sergueï Prokopyev (Roscosmos). Des analyses seront menées dans les semaines qui suivront afin d’essayer de déterminer à quel moment (vraisemblablement avant le lancement), et éventuellement dans quelles circonstances, ce coup de perceuse a été donné.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Des nuages noctiluques ont été vus au-dessus de Paris

    Il n’y a qu’un seul type de nuage apprécié des astronomes : les noctiluques. Bien que très rares, ils sont particulièrement bien visibles en ce moment au nord de la France. Celui-ci a été photographié le soir du 17 juin 2019 depuis Paris. Il s’agit du nuage bleuté au-dessus de l’horizon nord-est.

  • Un nouveau cratère martien s'expose en couleurs

    Un cratère martien récent a été photographié par la sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter. Le résultat de la collision se pare de nuances étonnantes.

  • Daphnis fait des vagues dans les anneaux de Saturne

    L’une des dernières images prises par la sonde Cassini révèle un phénomène étonnant : la propagation des vagues créées par un petit satellite au sein des anneaux de la planète Saturne.