La découverte de l’étoile à neutrons issue de la supernova de 1987 de plus en plus probable

Vue d'artiste de l'étoile à neutrons formée au centre de SN 1987A. Crédit : NRAO/AUI/NSF, B. Saxton
Les observations de la supernova de 1987 par le radiotélescope Alma suggèrent la présence d’une étoile à neutrons. Une trouvaille que nous vous annoncions en décembre 2019, aujourd’hui renforcée par des simulations.

Après 33 ans de traque, les astronomes pensent avoir bel et bien débusqué l’étoile à neutrons tant convoitée dans le Grand nuage de Magellan. Tant convoitée car il ne s’agit pas de n’importe quelle étoile à neutrons. Mais celle née au moment de la supernova SN 1987A, elle-même particulière, car en s’illuminant en 1987 dans le ciel austral, elle devenait la dernière supernova visible à l’œil nu.

Pour preuve de l’existence de l’étoile à neutrons, baptisée NS 1987A (NS pour « neutron star », à ne pas confondre avec SN pour « super nova »), les chercheurs s’appuient sur deux éléments. Premièrement, des observations à très haute résolution de la supernova, réalisées par le radiotélescope géant européen ALMA, depuis les Andes chiliennes. Deuxièmement, des simulations publiées le 30 juillet 2020 dans The Astrophysical Journal par l’équipe de Dany Page, spécialiste des étoiles à neutrons à l’UNAM (Mexico, Mexique). Cette étude prédit la position exacte à laquelle l’étoile à neutrons devrait se trouver, ainsi que sa température, qui atteint 5 millions de degrés. Deux données parfaitement compatibles avec les observations de l’observatoire ALMA, qui depuis plusieurs mois, perçoit au centre de SN 1987A, une tâche brillante de poussière et de gaz. Brillante et donc vraisemblablement chauffée de l’intérieur par ladite étoile à neutrons, comme nous vous l’expliquions en décembre dernier.

Au centre de la supernova de 1987, une tâche diffuse et chaude renferme en toute probabilité une étoile à neutrons
Credit: ALMA (ESO/NAOJ/NRAO), P. Cigan and R. Indebetouw; NRAO/AUI/NSF, B. Saxton; NASA/ESA

La plus jeune étoile à neutrons

Faute de pouvoir obtenir une image directe de NS 1987A, astre ultra dense dont le diamètre est estimé 25 km, les observations d’ALMA recoupées aux simulations sont à ce jour les preuves les plus robustes de sa présence. Née le 23 février 1987, soit le même jour que SN 1987A et donc âgée de 33 printemps, NS 1987A serait tout simplement la plus jeune étoile à neutrons jamais découverte.

 


Plongeon au coeur du Grand nuage de Magellan pour y trouver SN 1987A
Credit: NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Le numéro 573 de Ciel & Espace est en kiosques : Les extraterrestres sont-ils verts ?

    S’ils existent, pourquoi les extraterrestres ne sont-ils toujours pas arrivés sur Terre ? Cette question posée voici plusieurs décennies par le prix Nobel de physique Enrico Fermi a suscité plus de 70 réponses possibles. La plus récente est pour le moins étonnante : c’est parce qu’ils seraient écolos…

  • De la vie découverte sur Vénus ? Pourquoi ce n’est pas si simple

    La découverte de phosphine dans l’atmosphère de Vénus, une molécule présentée comme une « biosignature », a fait bruisser la toile pendant plusieurs jours avant l’annonce officielle de ce 14 septembre 2020. Il y a pourtant peu de chances pour que cette détection ait un quelconque rapport avec la vie extraterrestre.

  • Les pluies de la jeune Mars quantifiées pour la première fois

    Il ne pleut plus sur la planète Mars aujourd’hui, mais il a plu voici plusieurs milliards d’années. En quelle quantité ? Sous quelle forme ? Pour la première fois, des chercheurs ont quantifié ces précipitations extraterrestres.