La supernova de 1987, trente ans plus tard

La supernova SN1987A, photographiée en 2017. © Nasa/ESA/Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics
Les astronomes ne pouvaient manquer pareil anniversaire : le 23 février 1987 apparaissait la dernière supernova visible à l’œil nu. Pour la circonstance, ils ont utilisé le télescope spatial Hubble pour photographier ce « soleil éclaté », dont l’onde de choc continue de traverser l’espace.

Les supernovae observables à l’œil nu sont rares. Après 383 ans sans rien à se mettre sur la rétine, le 23 février 1987, l’explosion d’une étoile massive est visible dans la galaxie voisine du Grand Nuage de Magellan. Le premier astronome à la repérer, le Canadien Ian Shelton, n’a que 29 ans. On appelle la supernova 1987 A. À l’époque, le télescope spatial Hubble n’a pas encore été lancé. Mais l’événement est considérable car jamais les astrophysiciens n’ont eu la chance d’étudier en détail la mort cataclysmique d’une étoile.

Depuis 1990, le télescope Hubble fournit régulièrement des clichés détaillés de ce qui reste de l’étoile Sanduleak -69°202 (c’est son nom) et permet de suivre l’expansion de son enveloppe, ainsi que le passage de l’onde de choc de la supernova sur un anneau de matière éjecté 20 000 ans avant l’événement.

En janvier 2017, Hubble a de nouveau été pointé vers SN 1987 A. Il a produit cette image souvenir. Elle montre, en tout petit au centre, l’anneau de matière illuminé par l’onde de choc de l’explosion, au milieu d’une région remplie de nébuleuses au sein du Grand Nuage de Magellan. En attendant la prochaine supernova…

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous