Voulez-vous savoir s’il existe une vie extraterrestre ?

Scène du film "Rencontres du troisième type" de Steven Spielberg. Crédit : Columbia Picture
Ils ont l’habitude de braquer leurs écouteurs vers l’espace, en quête d'éventuels signaux émis par des civilisations aliens. Des scientifiques britanniques tendent désormais l’oreille vers la Terre pour savoir si, après tout, ce sujet intéresse le quidam. Et comment on souhaiterait être averti en cas de message extraterrestre. Leur sondage est accessible en ligne.

Certes, l’humanité n’a jamais détecté à ce jour de signal émanant de petites créatures vertes à sept pattes et cinq yeux, ou d’aliens bossus à trois bras et neuf orteils issus des confins de notre galaxie. Mais cela n’empêche pas les Terriens de continuer à traquer ces traces de vie ailleurs que sur la planète bleue, ni de se poser mille questions sur les conséquences d’une éventuelle communication avec une intelligence lointaine. Si un message était un jour perçu, faudrait-il l’annoncer ? Qui devrait s’en charger ? Faudrait-il y répondre ? Là encore, qui s’en chargerait et comment ? Quel impact pour l’humanité de ne plus se savoir seule dans l’Univers ?

Elaborer un protocole mondial de réaction

Ce sont ces interrogations proprement existentielles qui animent les membres du UK SETI Research Network, un réseau de chercheurs britanniques qui concentrent leurs efforts sur la quête d’une intelligence extraterrestre (en anglais, Search for Extra Terrestrial Intelligence ou SETI). Bien décidés à faire cogiter aussi le public, ils lancent le 1er juillet 2019 un sondage en ligne à l’occasion d’une semaine de la science organisée par la Royal Society de Londres, l’équivalent de l’Académie des sciences hexagonale. Ce court questionnaire, en anglais mais accessible à qui possède quelques rudiments de la langue de Shakespeare, a pour but de prendre le pouls de l’opinion sur ces thématiques afin de guider ensuite la rédaction d’un protocole mondial en cas de réception d’un petit mot d’E.T. « Il n’existe aucune procédure en droit international sur comment répondre à un signal provenant d’aliens, a expliqué au Guardian Martin Dominik, astronome à l’université St Andrews et membre du UK SETI Research Network. Nous voulons recueillir les points de vue des gens. Car les conséquences n’affecteraient pas que les scientifiques. »

Comment, à l’heure des fake news et des réseaux sociaux, informer au mieux la population ? Si la communauté internationale ne se dote pas d’une marche à suivre, alors un État ou une initiative privée décideront-ils peut-être d’envoyer un signal sans demander l’avis aux autres. L’humanité n’aura alors qu’à espérer que la teneur de ce message ne sera pas belliqueuse, ou interprétée comme telle.

Un million d’étoiles bientôt écoutées

Contrairement à ce qu’ont pu avancer certains astronomes bien audacieux, aucun signe de vie n’est donc encore venu de l’espace. C’est la conclusion, présentée mi-juin, des chercheurs du Breakthrough Listen Project, lancé en 2015 par (entre autres) Stephen Hawking. Pendant trois ans, des scientifiques ont braqué leurs puissants télescopes vers 1327 étoiles dans un rayon de 160 années-lumière autour de la Terre. Et… rien. Ils vont désormais poursuivre leur quête de « technosignatures », ainsi que l’on nomme les éventuelles traces de vie extraterrestre, en scrutant un million d’étoiles voisines du Soleil, ainsi que des étoiles situées dans le centre de la Galaxie.  

À lire (abonnés) : Andrew Siemion : « Si un signal extraterrestre nous parvient un jour, nous saurons à coup sûr le reconnaître »

L’humanité, elle, cherche assurément le contact. Depuis 1974 et l’envoi du premier message à destination des extraterrestres, les hommes procèdent à des émissions constantes de signaux radio vers l’espace. Il est même prévu, dans les mois qui viennent, d’encoder le tableau périodique des éléments de Mendeleïev, au cas où, quelque part dans le lointain, une autre civilisation saurait le décrypter.

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.