Andrew Siemion : « Si un signal extraterrestre nous parvient un jour, nous saurons à coup sûr le reconnaître »

Andrew Siemion, responsable du programme SETI. © Berkeley Seti Research Center/DR
Trois ans après le don de 100 M$ du mécène Yuri Milner, où en est la recherche SETI ? Le responsable du programme d’écoute extraterrestre, Andrew Siemion, fait le point.
Responsable du programme SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligence) à l’université de Berkeley (Californie) et fraîchement nommé titulaire de la chaire Bernard Oliver (anciennement occupée par Jill Tarter, figure tutélaire de SETI), Andrew Siemion s’impose comme le porte-drapeau de la recherche SETI nouvelle génération. Une recherche qui bénéficie depuis 2015 d’un don sans précédent de 100 millions de dollars par le milliardaire russe Yuri Milner, dans le cadre du programme Breakthrough Listen. En exclusivité pour Ciel & Espace, Andrew Siemion fait le point sur l’avancement du programme, près de trois ans après l’arrivée des fonds.

 

Ciel & Espace : Avec Breakthrough Listen, vous avez bénéficié du plus gros don jamais obtenu par la recherche SETI,
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Vidéo : Les origines de l’Univers explorées avec Hervé Dole

    Hervé Dole étudie la formation et l'évolution des grandes structures (galaxies et amas de galaxies). Il participe notamment aux missions de l’ESA Planck et Euclid. En novembre 2018, il a exposé les récentes avancées dans notre connaissance de l’Univers lors des Rencontres du ciel et de l’espace (RCE).

  • Admirez l’éclipse totale de Lune du 21 janvier !

    Il faudra être un lève-tôt, ce lundi 21 janvier 2019, pour apercevoir la Lune plonger dans l’ombre de la Terre ! Un spectacle assez rare, étonnant et beau, à contempler pendant plus d’une heure en direction de l’ouest !

  • Enquête sur Asgardia : la première nation de l’espace intrigue

    Le Russe Igor Ashurbeyli a fondé voilà deux ans Asgardia, qui revendique 280 000 citoyens à travers le monde. Ce premier royaume spatial, en réalité surtout numérique, se veut pacifiste et humaniste et souhaite être reconnu par les Nations unies. Mais peut-on faire confiance à un ex-fabriquant de missiles ?