La Nasa s’intéresse de nouveau à la recherche des extraterrestres

© T. Plakhova
Un peu plus de 25 ans après l’arrêt brutal de son programme d’écoute, la Nasa pourrait s’intéresser de nouveau à la recherche de civilisations extraterrestres ! À l’automne, l’agence spatiale américaine a en effet hébergé à Houston un colloque consacré aux « technosignatures »...
Jason Wright. © Nasa « Nous étions plus d’une soixantaine de participants. Essentiellement des astronomes, mais aussi des ingénieurs, des anthropologues, des biologistes, et quelques officiels de la Nasa », se réjouit Jason Wright. Du 25 au 28 septembre 2018, l’astrophysicien de la Penn State University est parvenu à réunir un bel aréopage au Lunar and Planetary Institute (Houston). Jill Tarter (qui a inspiré le film Contact ), mais aussi le directeur du Breakthrough Starshot Pete Worden, l’écrivain de science-fiction Gregory Benford et bien d’autres étaient présents pour préparer le grand retour de l’agence américaine aux affaires SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence).

« La Nasa n’a pas financé de projets de recherche d’intelligence extraterrestre
...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Alexei Leonov, premier piéton de l’espace, est mort

    Le 18 mars 1965, vêtu de son scaphandre, il avait été le premier humain à sortir de son vaisseau spatial pour flotter librement dans l’espace. Le Russe Alexei Leonov, qui avait aussi participé à la mission Apollo-Soyouz en 1975, est mort à l’âge de 85 ans.

  • Matière noire : donnez votre corps à la science !

    Vous n’avez pas encore été transpercé par une particule de matière noire macroscopique ? Si elle existe, c’est donc qu’elle fait plus de 50 kg ! Tel est le résultat d’une étude très sérieuse qui considère le corps humain comme… un détecteur de matière noire.

  • La sonde Juno sauve sa mission grâce à une manœuvre inédite

    Pour éviter l’ombre de Jupiter, Juno a dû allumer ses moteurs pendant plus de 10 heures afin de changer de trajectoire. Une manœuvre risquée mais réussie qui prolonge la mission autour de la planète géante.