Vidéo : Que va nous apprendre le futur télescope James Webb ? avec Pierre Guillard

Vue d’artiste du télescope James Webb. © Nasa/JWST
Au début des années 2020, le télescope James Webb prendra le relais du télescope Hubble. Que nous apprendra le nouvel observatoire spatial de la Nasa ? L’astrophysicien Pierre Guillard nous donne deux exemples : l’étude des exoplanètes et la formation des toutes premières galaxies de l’Univers.

Le James Webb Space Telescope (JWST), dont le lancement est prévu en 2021, est un télescope de 6,5 m optimisé pour l'infrarouge. Ce grand diamètre, bien supérieur à celui de Hubble (2,4 m), et ce domaine de longueur d’onde nous feront gagner en acuité sur le ciel.  

Pour le public des Rencontres du ciel et de l’espace, Pierre Guillard a détaillé deux exemples des progrès attendus par les astronomes. Le JWST permettra ainsi d’obtenir une carte d’identité de l’atmosphère d’exoplanètes, ces planètes qui tournent autour d‘autres soleils. Autre apport crucial : sa vision fine sur l’Univers lointain nous aidera à préciser comment se sont formées les toutes premières galaxies, le domaine de prédilection de ce chercheur de l’Institut d’astrophysique de Paris.

 

Découvrez nos autres conférences des Rencontres 2018.

 

Actuellement disponibles en kiosque ou sur notre boutique web

Le Ciel & espace n°566, août-septembre et le hors-série « Vos premiers pas sur la Lune », avec sa Carte de la Lune

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Fin de parcours pour les fusées russes Proton

    La Russie va mettre fin à la production de ses lanceurs Proton, conçus dans les années 1960 et qui avaient notamment servi à satelliser les stations Saliout ainsi que les modules de la station Mir ou encore de l’ISS.

  • Découverte d’eau sur l’exoplanète K2-18b… mais pas d'eau liquide

    Pour la première fois, des chercheurs ont détecté de l’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète située dans la zone habitable de son étoile. Mais attention, cette eau n’est probablement pas liquide. Et la planète en question, K2-18b, est loin d’être une jumelle de la Terre.

  • Les astronomes traquent la première comète interstellaire

    Alerte ! La première comète venue d’un autre système planétaire pourrait bien avoir été découverte. Dans l’attente de nouvelles nuits d’observation pour en préciser la trajectoire et confirmer qu’elle provient de l’extérieur du Système solaire, l’engouement pour l’objet baptisé provisoirement C/2019 Q4 est total.