Vidéo : Que va nous apprendre le futur télescope James Webb ? avec Pierre Guillard

Vue d’artiste du télescope James Webb. © Nasa/JWST
Au début des années 2020, le télescope James Webb prendra le relais du télescope Hubble. Que nous apprendra le nouvel observatoire spatial de la Nasa ? L’astrophysicien Pierre Guillard nous donne deux exemples : l’étude des exoplanètes et la formation des toutes premières galaxies de l’Univers.

Le James Webb Space Telescope (JWST), dont le lancement est prévu en 2021, est un télescope de 6,5 m optimisé pour l'infrarouge. Ce grand diamètre, bien supérieur à celui de Hubble (2,4 m), et ce domaine de longueur d’onde nous feront gagner en acuité sur le ciel.  

Pour le public des Rencontres du ciel et de l’espace, Pierre Guillard a détaillé deux exemples des progrès attendus par les astronomes. Le JWST permettra ainsi d’obtenir une carte d’identité de l’atmosphère d’exoplanètes, ces planètes qui tournent autour d‘autres soleils. Autre apport crucial : sa vision fine sur l’Univers lointain nous aidera à préciser comment se sont formées les toutes premières galaxies, le domaine de prédilection de ce chercheur de l’Institut d’astrophysique de Paris.

 

Découvrez nos autres conférences des Rencontres 2018.

 

Actuellement disponibles en kiosque ou sur notre boutique web

Le Ciel & espace n°566, août-septembre et le hors-série « Vos premiers pas sur la Lune », avec sa Carte de la Lune

 

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Au télescope, observez Valles Marineris sur la planète Mars !

    La planète Mars est maintenant au plus près de la Terre. Cette configuration exceptionnelle va durer pendant tout le mois d’octobre. Alors profitez-en pour l’observer au télescope. Même un instrument de diamètre relativement modeste permet de voir de beaux détails.

  • Des doutes sur la découverte de phosphine dans les nuages de Vénus

    De la phosphine a-t-elle vraiment été détectée sur Vénus ? Tandis que certains astrophysiciens débattent de son hypothétique origine biologique, d’autres — qui se sont penchés en détail sur les données — doutent carrément de sa présence. Le survol de Vénus par la sonde Bepi-Colombo, le 15 octobre 2020, peut-il trancher le débat ?

  • Retour sur la Lune en 2024 : la Nasa précise son calendrier

    La Nasa entend poser à nouveau des hommes sur la Lune, et pour la première fois une femme, à l’horizon 2024. L’agence américaine vient de dévoiler le rétroplanning de son ambitieux programme, nommé Artémis