Une simulation réussie pour les parachutes d’Orion

La capsule Orion à sa sortie de l'avion C-17. Crédits : NASA

La Nasa a testé mercredi 1er mai 2013 ses nouveaux parachutes pour la capsule spatiale Orion au-dessus du désert de l'Arizona. Il s'agissait d'un scénario catastrophe pour le futur vaisseau des vols habités américains.

La capsule a été larguée par un avion C-17 avec trois parachutes sur cinq défectueux. L'essai fut concluant : le vaisseau a touché le sol sans dommage après une chute de plus de 7600 mètres.

Des parachutes qui lâchent

En conditions normales, Orion est équipée de cinq parachutes pour atterrir. Deux d'entre eux permettent le freinage et la stabilisation de la capsule. Les trois autres servent exclusivement au freinage vertical. Ils se déploient en trois étapes successives au fur et à mesure de la descente.

Dans ce scénario de dysfonctionnement, les deux parachutes de stabilisation et un des parachutes de freinage ont lâché. Malgré cela, la capsule a pu rejoindre le sol correctement.


Il faut souligner que les parachutes d'Orion sont les plus grands jamais fabriqués pour un vaisseau spatial. Leur surface totale couvrirait quasiment un terrain de football.

Les futures missions d'Orion

Des informations ont ainsi été récoltées en vue du premier vol d'essai d'Orion, prévu en septembre 2014. Ce vol non habité aura pour mission de tester la résistance des boucliers thermiques et des parachutes sur une rentrée dans l'atmosphère estimée à 80% de la vitesse d'un retour lunaire.

Les États-Unis comptent lancer la capsule Orion d'ici 2020. Depuis 2011 et l'arrêt des navettes spatiales, ils dépendent des vaisseaux russes Soyouz pour envoyer des astronautes dans l'espace.

Leur objectif est d'envoyer des astronautes en orbite autour de la Lune, ce qui n'a plus été fait depuis Apollo 17 en 1972.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.