Une étoile de plus dans le Dauphin !

La nova Delphini 2013 photographiée à l'aide d'un télescope de 150 mm. Crédit : Laurent Labruyère.

Une étoile est apparue dans la constellation du Dauphin le 14 août 2013. En réalité, il s'agit de l'explosion partielle d'une étoile qui existait déjà, mais qui était très discrète.

Le phénomène a été découvert le 14 août, à 20 h (heure française) par l'astronome amateur japonais Koichi Itagaki (de la ville de Yamagata). Avec son télescope de 180 mm équipé d'une caméra CCD, il a photographié l'apparition d'un astre brillant dans la constellation du Dauphin.

Un cataclysme stellaire
Baptisé Nova Delphini 2013, le phénomène n'a rien à voir avec l'apparition ou la naissance instantanée d'une étoile. Il s'agit d'un événement qui met en jeu deux astres liés par la gravitation : une naine blanche (qui est le résidu du noyau d'une étoile de type solaire ayant terminé sa vie) et une étoile géante.

La première est si compacte qu'à chaque orbite, elle arrache un peu de gaz à l'enveloppe de la seconde. Mais quand l'accumulation de gaz sur la naine blanche dépasse un certain seuil, toute cette matière s'enflamme d'un seul coup. Il en résulte une explosion cataclysmique à la surface de la naine blanche. Dans le cas de Nova Del 2013, la luminosité a augmenté soudainement d'au moins 25000 fois. Les atlas photo montrent en effet que l'astre qui est à l'origine de la nova était de magnitude 17 avant l'événement.

Vue d'artiste d'une nova. Crédit : Pierre Carril/Ciel et Espace Photos

Vue d'artiste du transfert de gaz d'une géante rouge vers une naine blanche
qui conduit à une nova. © P. Carril/Ciel et Espace Photos.

Un astre facile à observer !
Lors de sa découverte le 14 août 2013, Nova Del 2013 était déjà aisément visible avec une paire de jumelles. Désormais, elle semble approcher la magnitude 5, ce qui la rend visible à l'œil nu. Et cela devrait durer quelques jours.

MISE A JOUR DU 19/08/2013 : l'éclat maximal de la nova semble avoir atteint la magnitude 4,4, comme l'indique la Société astronomique de Bourgogne. Cela signifie que l'astre qui en est à l'origine s'est mis à briller 150000 fois plus qu'avant l'événement. Maintenant, la nova baisse d'intensité mais reste observable à l'œil nu et aux jumelles ce soir.

Bien qu'elle soit dans la constellation du Dauphin, la nova est tout près d'une autre petite constellation : la Flèche. Elle est même désignée par la pointe de la Flèche puisqu'elle se situe presque exactement dans son prolongement !
Ces petites constellations sont aisées à trouver dans le ciel d'été. Elles sont de part et d'autre de la ligne imaginaire qui relie Altaïr à Deneb, deux des trois étoiles du Triangle d'été (avec Véga).
La carte ci-dessous vous indique où regarder la nova.

Position de la nova Del 2013

Position de Nova Del 2013.

Si vous avez la carte des Nuits des étoiles fournie avec le numéro d'août 2013 de Ciel & Espace ou si vous avez la carte mobile fournie avec le hors série « Débuter en astronomie », vous pourrez repérer cette région du ciel facilement et trouver la nova.

Un phénomène récurrent
La nova Delphini 2013 est considérée comme classique par les astronomes. Elle ressemble à la nova de Persée dont l'évolution a été suivie pendant des années après son apparition en 1901 (à voir sur cette page) ou encore à U Scorpii dont les astronomes guettent les prochains sursauts.

Après l'explosion, la naine blanche existe toujours. Elle va recommencer à attirer du gaz de la compagne géante. Et un jour, une nouvelle explosion se produira. Toute la difficulté consiste à prédire combien de temps s'écoule entre chaque cataclysme (cela dépend de la masse des deux étoiles, de leur éloignement, de la forme de leur orbite et de la quantité de gaz qui est transféré lors de chaque rapprochement).

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • A observer : Callisto joue avec l’ombre de Jupiter le 30 septembre

    C’est une éclipse partielle d’un type extrêmement rare que les amateurs peuvent tenter de suivre le vendredi 30 septembre au matin : le satellite Callisto vient flirter avec l’ombre de Jupiter. Le phénomène est si rare que les logiciels en perdent leur latin ! Pour en avoir le cœur net, nous vous invitons à l’observer.

  • La sonde DART a percuté l’astéroïde Dimorphos

    Les images sont spectaculaires. Et elles ont été diffusées en direct : la sonde américaine DART s’est approchée de sa cible à 23000 km/h en prenant des photos de plus en plus rapprochées. Jusqu’à l’impact, provoqué pour mesurer la déviation qu’il est possible d’induire sur un astéroïde.

  • Philippe Baptiste, président du Cnes : « Il faut réguler les activités sur la Lune »

    S’accorder sur l’exploration de la Lune, collaborer avec d’autres agences spatiales que sont les États-Unis ou la Chine, mais aussi développer des programmes qui nous sont propres : le président du Cnes détaille la voie de l’agence spatiale française.