Un échantillon de sol lunaire récolté lors d’Apollo 17 a été ouvert

Crédit : Nasa / James Blair
Après avoir attendu 47 ans dans un laboratoire du Texas, un carottage de sol lunaire récolté par l’astronaute Gene Cernan a été ouvert pour être étudié. De nouvelles techniques d’analyse vont permettre d’en tirer des informations qui vont aussi aider à la préparation du programme Artemis.

Le 13 décembre 1972, alors que Gene Cernan pose fièrement sur la Lune devant un tube de carottage qu’il vient d’enfoncer dans le régolite, l’astronaute plaisante : « Le long tube est scellé et je suppose que personne ne sait ce qu’il y a dedans sauf moi. » En effet, jusqu’au 5 novembre 2019, personne à part lui n’avait vu sa récolte de sol lunaire. Car cet échantillon, collecté tout près du petit cratère Ballet, exactement sur une faille appelée plus tard Lincoln-Scarp, a été scellé et mis de côté jusqu’à ce que les techniques d’investigation aient suffisamment progressé. C’est chose faite. Et ce 5 novembre, presque 47 ans plus tard, une équipe de scientifiques a enfin ouvert le trésor lunaire au centre spatial Johnson, au Texas.

Gene Cernan vient d'extraire son carottage du sol lunaire.
Peu avant, il a plaisanté : « Personne ne sait ce qu'il y a dedans sauf moi. » © Nasa

Une étude en vue du programme Artemis

L’opération a été décidée car une technique d’étude non destructive mise au point depuis les missions Apollo va permettre d’analyser la composition de cette « tranche napolitaine » de sol lunaire collectée par Cernan. L’ouverture du précieux butin intervient dans le cadre du nouveau programme lunaire américain, Artémis, censé permettre à des astronautes de marcher sur la Lune à partir de 2024. Cette initiative, appelée Apollo Next-Generation Sample Analysis, doit permettre d’observer ces vieux échantillons en imagerie en trois dimensions et de savoir en détail de quoi ils sont faits grâce à un spectromètre de masse à haute résolution.

Le carottage n° 73002 vu aux rayons X en 2019 (en haut) et aux rayons X en 1974 (en bas). © Nasa.

De très vieilles roches lunaires ?

Les quelques dizaines de grammes de sol lunaire récupérées par Gene Cernan ne manquent pas d’intérêt. L’astronaute se trouvait en effet sur un sol clair, non loin d’une montagne du bord de la vallée Taurus-Littrow, claire elle aussi. Et il est fort probable que ce matériau ait glissé du flanc de la montagne, à la manière d’une avalanche, après un impact météoritique. Or, un peu plus tôt au cours de leur exploration, Gene Cernan et Harrison Schmitt avaient collecté une roche venant elle aussi de la montagne et qui est la plus vieille ramenée de la Lune : 4,6 milliards d’années. Il est donc possible que ce carottage contienne lui aussi des fragments de roches très anciens.

Concevoir les outils d’Artemis

L’étude de cet échantillon, connu comme le numéro 73002, va aussi servir à comprendre comment les outils des missions Apollo fonctionnaient, et ainsi concevoir au mieux ceux qui équiperont les équipages d’Artemis.

Gene Cernan n’est désormais plus le seul à savoir ce que contenait le tube de carottage, dont il montrait fièrement le bout à la caméra de télévision du rover juste après l’avoir extrait. Hélas, l’astronaute, décédé en janvier 2017, ne saura jamais quels trésors recélait sa récolte.

Gene Cernan montre à la caméra de télévision le contenu de son tube de carottage.
Il ajoute : « C'est plein ! Vous voyez ça ? » © Nasa

 

Disponible sur notre boutique web ou en kiosque dès le 15 novembre

le magazine Ciel & espace n°568, de décembre 2019-janvier 2020

Avec son Calendrier astro 2020

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Une énorme tache sombre photographiée à la surface de Bételgeuse !

    Pour la première fois depuis sa chute de luminosité entamée à l’automne 2019, une équipe d’astronomes a zoomé sur la surface de Bételgeuse. Ils révèlent le portrait le plus récent de cette étoile supergéante rouge qui se meurt.

  • Vénus, Io et Triton dans la ligne de mire de la Nasa

    L’agence spatiale américaine a dévoilé ce 13 février les quatre finalistes de sa prochaine sélection de missions « Discovery » d’exploration du Système solaire. Avec deux propositions de sondes, Vénus a de bonnes chances d’être de nouveau visitée dans les années 2020.

  • La Maison Blanche dévoile son plan budgétaire pour le programme lunaire Artémis

    L’administration Trump a rendu publique sa proposition de budget pour 2021, dans lequel la Nasa voit ses moyens substantiellement augmentés. Pas moins de 35 milliards de dollars viennent soutenir le programme Artémis pour permettre à des astronautes américains de fouler le sol lunaire en 2024.