Ultima Thule : les premières découvertes de New Horizons

Ultima Thule, à quelques heures de son survol par New Horizons. © Nasa
Le 1er janvier, les équipes de New Horizons ont dévoilé l’image prise le 31 décembre juste avant le survol d’Ultima Thule par la sonde New Horizons, elle permet déjà de faire quelques découvertes.

Ultima Thulé mesure 16x36 km

Dans le planning de téléchargement des images de New Horizons, il s’agit de l’image « failsafe 2 » (voir notre précédent article).  Sur ce cliché, l’échelle est d’environ 5 km par pixel. La résolution est donc encore très faible, mais elle permet de faire une première estimation des dimensions de l’objet : 36x16 km. Cette photo confirme par ailleurs la forme de cacahuète déjà détectée depuis le sol par l’observation d’occultations stellaires dirigées par le découvreur d’Ultima Thulé, Marc Buie — lire notre reportage sur celle conduite au Sénégal en août 2018.

Cette nouvelle image ne permet toujours pas de conclure de façon définitive si Ultima Thulé est fait de deux corps en orbite l’un autour de l’autre ou bien d'un seul objet fait de deux lobes. « Vous voyez sa forme irrégulière ? Il y a deux possibilités : soit il y a deux lobes collés l'un à l'autre (le lobe supérieur étant plus petit que le lobe inférieur) ; soit ce sont deux objets en orbite l'un autour de l'autre, reliés seulement en apparence par manque de résolution. Mon sentiment, c’est qu’il s’agit vraisemblablement d’un objet simple. On verra demain si c’est juste », a expliqué Alan Stern.

Cette idée est étayée par les observations au sol. Lors de l'occultation du 17 juillet 2017 en Argentine, aucune discontinuité entre les deux objets n'a été détectée, comme le montre l'illustration ci-dessous.

Les cercles rouges délimitent le profil approximatif de l'objet et chaque ligne blanche correspond à une observation. 

Une période de rotation de 15 ou 30 heures

L’autre mystère d’Ultima Thulé est sa vitesse de rotation. Depuis des semaines, l’objet est scruté inlassablement par New Horizons sans que la sonde parvienne à noter la moindre variation de luminosité. C’est totalement inattendu pour un objet que l’on sait non sphérique. Dans la phase d’approche, la sonde a pris plusieurs images montrant la rotation de l’objet. Elles tendent à confirmer ce que les chercheurs supposent depuis quelques jours : l’axe de rotation d’Ultima Thulé était orienté vers la sonde dans la phase d’approche, comme le montre l’animation ci-dessous, avec trois images espacées de 70 et 85 minutes.

Cette série d’images ne permet pas encore de savoir quelle est la vitesse de rotation. « Les données ne sont pas encore assez bonnes pour trancher entre une période de rotation de 15 h ou de 30 h », a précisé Hal Weaver, responsable scientifique de la mission. Il ne s’agit donc pas d’un objet en rotation rapide comme l’ont supposé pendant un temps certains chercheurs de l’équipe. Ce point faisait encore débat. L'incertitude vient de l'orientation exacte de l'axe de rotation comme le montre le schéma ci-dessous présenté par Hal Weaver. 
 


 

Prochaine image le 2 janvier 2019. Il s'agira de l'image "NYT1", sur laquelle Ultima Thulé mesurera 100 à 200 pixels de large. Elle sera dévoilée à partir de 20 h, lors d'une conférence de presse. Une image plus résolue sera dévoilée le 3 janvier, si la sonde a visé juste. 

Retrouvez tous nos autres articles consacré à la mission en page d'accueil de Ciel & Espace, avec notamment l'interview de Brian May.

Pour accéder aux articles payants, nous vous invitons à vous abonner pour 2 euros par mois.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Interview : Brian May, la musique et l’astro en stéréo

    Le guitariste du groupe Queen a trois passions : la musique, bien sûr, mais aussi l’astronomie et l’imagerie 3D. Brian May nous a raconté comment il jongle entre les trois.

  • Mu Cephei expulse de la matière par bouffées

    Pour la première fois, des astronomes ont réalisé une carte 3D des phénomènes de perte de masse d’une supergéante rouge. Des images exceptionnelles obtenues grâce au réseau d’antennes de l’observatoire NOEMA (Northern Extended Millimeter Array), implanté dans les Alpes françaises.

  • Sonde Bepi-Colombo : les défis d’un voyage vers Mercure

    Située à “seulement” 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. Didier Morançais (Airbus) détaille les défis techniques à relever pour amener la sonde Bepi-Colombo aux abords de la première planète.