Schiaparelli : les preuves du crash

L'impact du module de l'ESA apparaît en comparant la photo de MRO avec une image prise en mai 2016. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS
La sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a photographié la trace de l'impact du module Schiaparelli à la surface de Mars. Le démonstrateur européen a fait une chute libre de 2000 à 4000 mètres.

L'image n'est pas très détaillée, mais elle est suffisamment parlante. Au lendemain du crash de Schiaparelli sur Mars, le 19 octobre 2016, la sonde MRO a photographié la zone d'impact de l’atterrisseur de la mission Exomars 2016, à la résolution de 6 m par pixel. Cette photo du 20 octobre a été comparée avec une vue plus ancienne, réalisée en mai 2016 (animation ci-dessus).

Le parachute de 12 m de diamètre —  le point blanc — s'y révèle nettement, ainsi qu'une tache sombre, à 1 km au nord, de 15 m par 40 : la trace de l'impact de Schiaparelli.

Après l'éjection de son parachute et l'extinction prématurée de ses rétrofusées, le démonstrateur largué par la sonde Trace Gas Orbiter (TGO) a fait une chute libre de 2 à 4 km, heurtant le sol à plus de 300 km/h, estiment les ingénieurs de l'ESA. Il est possible qu'il ait explosé au sol, les réservoirs de ses rétrofusées étant encore pratiquement pleins.

Seule consolation, l'engin a atteint le sol à seulement 5,4 km du site prévu, parfaitement dans son ellipse d'atterrissage de 100 x15 km.

De nouvelles images dans la semaine

La sonde MRO doit à nouveau survoler la zone dans le courant de cette semaine. Cette fois, elle photographiera le site à l'aide de sa caméra HiRise, avec une résolution de quelques dizaines de centimètres par pixel.

Combinées aux données de télémétrie de Schiaparelli réceptionnées pendant sa chute par TGO, par la sonde européenne Mars Express et par le radiotélescope GMRT, en Inde, elles devraient permettre de comprendre le déroulement exact des événements qui ont conduit à la perte de Schiaparelli.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Akatsuki change le visage de Vénus

    La sonde japonaise Akatsuki a obtenu des vues spectaculaires de la plus proche planète de la Terre qui renouvellent l’image de ce monde perpétuellement voilé par les nuages de son épaisse atmosphère.

  • La lunette qui a permis la découverte de Pluton retrouve tout son lustre

    L’instrument dormait depuis des années à l’observatoire Lowell, en Arizona. Après avoir été entièrement démontée, la lunette de 33 cm avec laquelle Clyde Tombaugh a découvert Pluton a retrouvé sa coupole.

  • Orion dans la ligne de mire des lasers du VLT

    Cette vue de la nébuleuse d’Orion est pour le moins inhabituelle. Elle a été réalisée depuis la plateforme du Very Large Telescope au Chili par Stéphane Guisard, ingénieur à l’Observatoire européen austral, mais aussi astronome amateur chevronné.