TGO en orbite, Schiaparelli silencieux

ESA/ATG medialab
L'Europe tente d'atterrir sur Mars ! Le module ExoMars doit se poser à 16h48 sur la planète rouge ce 19 octobre 2016.

Mise à jour du 20/10, 11h15:

Le premier bilan de la mission ExoMars s'est déroulé ce jeudi 20 octobre à 10h. L'Agence Spatiale Européenne ESA est revenue sur le succès du TGO (Trace Gas Orbiter) : la sonde Russo-européenne s'est correctement insérée dans l'orbite martienne. TGO est donc un succès et pourra commencer ses mesures afin de mieux préparer la future mission ExoMars2020.

Cependant le regard médiatique était concentré sur le destin de l'atterrisseur Schiaparelli. Le module de 600kg reste silencieux. D'après les données récoltées par l'ESA, tout a bien commencé : parachute déployé et bouclier thermique éjecté. La descente était même conforme aux prévisions. Hélas le signal est perdu "environ 50 secondes avant l'atterrissage prévu", alors que l'atterrisseur devait se séparer de ses parachutes et de son bouclier thermque arrière. Schiaparelli se serait séparé de son parachute 15 secondes plus tôt que prévu, pour une raison encore inconnue. Puis il aurait activé ses rétro-fusées pendant seulement deux ou trois secondes... Là encore leur coupure brutale est mystérieuse. Pour rappel, lors de cette phase le rover Curiosity filait vers le sol à une vitesse de l'ordre de la centaine de mètres par seconde. Autant dire que Schiaparelli n'a probablement pas survécu au choc final. Pour le savoir avec certitude, les équipes attendront les données récoltées par le satellite MRO, le Mars Reconnaissance Orbiter, qui devrait nous fournir des images de la zone d'atterrissage.

Pour les anglophones, voici la conférence tenue par l'ESA ce matin.

 

Conférence de l'ESA sur le destin de Schiaparelli, 20 octobre 2016

20h47:

Message sur twitter d'ESA Operations
"Nos experts vont travailler cette nuit sur le cas de l'atterrisseur Schiaparelli.
Les prochaines informations seront données demain à 10h du matin (heure européenne)"

Mauvaise nouvelle pour ceux qui espéraient une réponse définitive aujourd'hui : l'ESA prévient que ses équipes vont travailler "cette nuit" sur le destin de Schiaparelli. Et qu'elle n'annoncera rien avant jeudi 20, 10 h.

Aux dernières nouvelles, Schiaparelli est bien descendu dans l'atmosphère et aurait déployé son parachute, avant que le radiotélescope indien de Pune et la sonde Mars Express perdent contact au même moment avec l'atterrisseur. Rien ne dit donc de façon certaine que Schiaparelli n'a pas survécu, mais rien ne dit non plus qu'il est en bon état (c'est plutôt le contraire).

A suivre demain matin 10 h donc !

Rediffusion de la vidéo de l'ESA 

 

Rediffusion du direct de l'ESA, 19 octobre 2016

 

20h40:

Les nouvelles n'arrivent toujours pas pour Schiaparelli. Les officiels de l'ESA parlent désormais surtout du succès de l'ESO, ou parlent de Schiaparelli comme d'un test. Autant dire que ce n'est pas très bon signe pour le destin de l'atterrisseur ! Attendons encore une confirmation officielle lorsque le contact sera rétabli ou non.

19h23:

Les données obtenues par MarsExpress n'apportent "pas de conclusion" selon l'ESA. "Le statut de l'atterrisseur est toujours incertain". Soit, nous patienterons donc. La prochaine chance d'obtenir des informations est dans "une heure ou deux."

18h52 :

TGO est en orbite ! Le satellite issu d'une coopération Russo-Européenne a donc réussi à être capturé par l'attraction gravitationnelle martienne. Un beau succès pour la mission ExoMars dont il est un des composants essentiel.
De son côté Schiaparelli est toujours silencieux. Les équipes analysent les données reçues par ExoMars à l'heure même.

17 h 53 :

Le signal d'ExoMars est normalement analysé par l'ESA, nous devrions en savoir plus prochainement. Cela peut prendre encore longtemps, "plus de 30 minutes" selon l'ESA. D'ici une heure, Schiaparelli peut également tenter de se réveiller et envoyer un signal de lui-même.
De son côté, la sonde TGO, l'orbiteur russo-européen, est passé derrière Mars. On a donc perdu son signal, comme prévu. 

17 h 20 :

Schiaparelli n'a pas réussi à envoyer la confirmation de l'atterrissage. Cela n'est pas forcément signe d'échec. Les signaux étaient en effet très faibles pendant cette phase et n'ont peut-être pas été captés par le radiotélescope indien. Désormais, ce sont les sondes sur orbite autour de Mars qui prennent le relais. ExoMars a écouté toutes les radiodiffusions pendant l'approche, et est en train d'envoyer ses données vers la Terre.

17h10:

L'ambiance en salle de contrôle est tendue pendant l'attente ! (via Chris-B NSF)

 

17 h 02 :

Les signaux de séparation du bouclier thermique et de déploiement des parachutes sont reçus ! Ils sont captés par un radiotelescope indien, situé à Pune. On attend désormais la confirmation de l'atterrissage lorque les signaux de Schiaparelli seront reçus (ou non) par l'ESA.

16 h 48 :

Schiaparelli touche la surface martienne… L'attente commence sur Terre.

16h47 :

Chute libre et activation des rétrofusées.

16h46 :

Le bouclier thermique est éjecté.

16h45 :

Schiaparelli déploie ses parachutes.

16h43 :

Maximum de température atteint par Schiaparelli lors de sa descente.

16h42 :

À cette minute, Schiaparelli entre dans l'atmosphère martienne.

 

Le grand moment est là, toute l'équipe de l'ESA (Agence spatiale européenne) est sous tension dans la salle de contrôle. L'atterrisseur Schiaparelli, un module de test visant à préparer la venue d'un rover d'ici 2020, s'apprête à atterrir sur Mars. Nous vous proposons de suivre cette tentative en direct.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Découverte : la fusion d’étoiles à neutrons vue en direct

    La fusion de deux étoiles à neutrons vient d’être détectée grâce à une nouvelle observation d’ondes gravitationnelles. Une première, qui ouvre la voie à l’étude de phénomènes inédits.

  • Découverte : un anneau autour de la planète naine Haumea

    Contre toute attente, la planète naine Haumea située au-delà de l’orbite de Neptune est entourée d’un anneau. Ce dernier rappelle davantage celui trouvé autour de Chariklo, un astéroïde de la famille des Centaures, que celui de Saturne.

  • Les États-Unis visent à nouveau la Lune

    Le 5 octobre 2017, le vice-président des États-Unis dirigeait pour la première fois depuis les années 1990 un Conseil national sur l’espace. À cette occasion, il a annoncé le but à suivre : retourner sur la Lune avant d’aller sur Mars.